LETTRE OUVERTE A MARTINE AUBRY  - 16 Janvier 2002

  Retour au sommaire

        Et maintenant Martine ... on fait quoi ?

 

"Eh! Oui Martine, à présent ...qu'est ce qu'on fait ? "A présent que le Conseil Constitutionnel a remis en cause une bonne partie de ton plan de financement et que le chômage repart de plus belle ..."on fait quoi ?" A présent que tu as foutu la zizanie dans toutes les Entreprises de France et de Navarre, tant dans les grandes que dans les petites et tant dans celles du privé que du public, "on fait quoi, nous ? "

 Comme une fille à papa, quelque peu gâtée tu* as voulu pour toi toute seule un beau joujou, une belle Loi sociale qui porte ton nom : la "Loi AUBRY sur les 35 Heures". Et tu as tellement fait des pieds et des mains, tu as tellement agacé et exaspéré tout le monde que de guerre lasse, on te l'a voté ta Loi ! Mais au moment où tu aurais dû la mettre en application, toi, ta gloriole personnelle satisfaite, et pressentant certainement venir la galère, tu as décidé de quitter le bateau ! Ton départ ne peut s'expliquer autrement ! Un jour, dans un éclair de lucidité tu as dû pressentir, tu as dû comprendre, que certaines des dispositions si complexes, si alambiquées et si onéreuses, de ta fameuse Loi, allaient se révéler être de véritables "bombes sociales à retardement" que tu auras placé dans les entreprises!

 C'est ainsi qu'aujourd'hui, alors que tout le 'Monde du travail' est en plein dans la ... panade, toi tu es à LILLE, bien tranquille certainement à la "Résidence Ponce Pilate". C'est un peu facile et pas très courageux comme comportement ! Quand on fait des ... bêtises ma petite, on les assume !

Et pourtant Martine, de tout ça je t'avais prévenu. Je te l'ai écrit et je t'ai même envoyé un E.Mail pour te dire que par l'absurdité de ton plan de financement, l'UNEDIC allait faire fortune, et que l'ETAT allait faire faillite ! Parce que même s'il est difficile d'avoir des chiffres exacts, on parle aujourd'hui de 100 Milliards pour la création, gràce à tes Lois, de 400 000 emplois ! Fais la division et tu verras qu'il n'y a vraiment pas de quoi pavoiser ! A ce prix là, on pourrait presque envoyer chacun de nos Chômeurs en vacances au Club Med.

 Dés le début tu n'as pas compris que ce ne serait pas les "35 Heures" qui poseraient problème, mais bien plutôt 'leur financement'. Et sur ce plan là, le moins que l'on puisse dire, c'est que tu as été très mal conseillée. Comment as-tu-pû croire que l'on pouvait faire du bien avec du mal ? Que l'on pouvait financer le Chômage en exploitant des vices ? On ne peut tout de même pas, pousser les gens à fumer, à boire et à polluer davantage, pour augmenter les recettes du FOREC . Et l'on ne peut pas non plus, piller la SECU, sous prétexte que dans l'immédiat son fameux trou fait une bosse !

 Par contre là où tu as gagné, et là ma fille je te tire mon chapeau, c'est d'avoir réussi (presque) à imposer le passage aux '35 Heures' à la France entière. Par ton entêtement tu as démontré, ce que tout le monde savait déjà sans oser le dire, sauf quelque patrons et économistes pisse-froid, que la R.T.T. à 35 H. serait très appréciée par tout ceux qui y auront goûté.

Rien de plus logique d'ailleurs, car la Réduction du Temps de Travail, s'inscrit dans l'évolution naturelle de l'Humanité. En 150 ans, grâce à nos merveilleux et constants progrès et à nos exceptionnels gains de productivité, nous sommes passés de 80 à 39 Heures de travail par semaine, et ce sans pertes de salaires. Alors pour quelles raisons occultes devrions nous, nous arrêter un jour à 39, 35, 32 H., ou moins encore ? Le progrès des Hommes , lui, ne s'arrête jamais ! Heureusement, car c'est grâce à lui que l'Humanité avance.

 Merci Martine, de l'avoir compris avant beaucoup d'autres et surtout d'avoir fait le forcing pour imposer cette évolution. Mais quel dommage que par ton arrogance et ta suffisance tu n'ais pas pris en compte certains conseils d'anciens, nous n'en serions pas là aujourd'hui ! Pourquoi ne m'as tu pas écouté? Pourquoi n'as tu pas lu mon livre : "35 Heures, POUR UNE NOUVELLE SOCIETE" dont je t'avais adressé un exemplaire lors de sa parution ? Ne me dit pas que tu ne l'a pas reçu, car tu m'en as personnellement accusé réception le 2 Octobre 1998 par, bien sûr, la classique lettre de refus poli.

   Mais peut-être n'est-il pas trop tard. Je pense en effet qu'il est encore possible de mettre en application le " SYSTEME P.E.P. " que je préconise dans mon bouquin et sur mon Site. Mais à présent il faut agir très vite. Il faut modifier tes Lois avant qu'il ne soit trop tard ! Avant qu'elles n'aient fait trop de dégats dans les Entreprises !

Et la vraie question à se poser maintenant, est de savoir si toi, Martine, et ta copine Elisabeth, les passionnarias du "Réality-Social" Français, en aurez le courage !

 
          Ce sera mon souhait pour cette nouvelle Année
 
                                           Raymond MONEDI
 

 

 
P.S. * J'espère que tu permets à un Chef d'Entreprise à la retraite, et dont tu pourrais être la fille, de gentiment te tutoyer.
                     
         
 

 
Retour au sommaire

     

Sommaire