LES QUATRE VERITES JUIN 2007

Sommaire

Fermer la fenêtre


 

 

LA  POLITIQUE  A  SES  RAISONS …..
QUE  LA  LOGIQUE  IGNORE


Nous savons tous que ‘diriger’ c’est ‘prévoir’, mais nos Dirigeants, eux, le savent-t-ils ?


On peut en douter, car autrement ils ne prendraient pas, aujourd’hui, des décisions absurdes qui poseront des problèmes, demain. Il est vrai qu’ils sont des Conseilleurs mais pas des Payeurs ! Il est vrai  qu’ils sont des Responsables mais pas des Coupables !

Et puis, après tout, il y a le Déluge ! Et puis il y a aussi le Déficit ! Cet immense Déficit aux fonds insondables, dans lequel viennent se noyer, se diluer, de façon anonyme, toutes les ‘Conneries’ (oh, pardon, c’est parti tout seul), disons toutes les ‘âneries’, commises par nos Elus ! Alors, cherchons les erreurs ?  Non mieux, ‘prévoyons’ les erreurs à ne pas commettre aujourd’hui, pour ne pas avoir à les payer demain !  Citons à titre d’exemple :
 

Les Heures ‘SUP’ ? … Mais c’est du ‘TRAVAIL au NOIR’ !
Impensable ! Incroyable ! Après avoir toujours honni le « Travail au Noir », voilà que le Gouvernement le légalise ! Parce que, soyons franc et clair, travailler la semaine, le soir, le Samedi ou le Dimanche, sans le déclarer aux impôts et sans payer de charges sociales dessus, pour moi comme pour tout le monde, cela s’appelle du : « Travail au Noir ».

Mais ils sont devenus fous nos Politiques. Pire encore, fous et ignares! Et pour masquer leur ignorance, ils sont en train de nous construire un alambic qui va distiller, non pas de l’eau de vie mais de l’au-baine ! (oui je sais, un peu facile, mais c’est si vrai).

Loin de moi, l’intention d’analyser tous les méandres de l’usine à gaz salariale que l’on nous prépare et dont personne aujourd’hui ne connaît les dernières dispositions ; ( peut-être même pas les créateurs eux-mêmes !) Mais ce qui est sûr, c’est que des effets d’aubaines il y aura et que des patrons-voyous, pourront profiter des ‘heures Sup.’, pour ne pas embaucher et donc ne pas créer d’emplois et qu’ils pourront même aggraver Chômage, ‘pour gagner plus’, (Oui, dangereux de vulgariser ce terme, car tout le monde veut gagner plus ! Honnêtement et aussi…malhonnêtement),! Comment ? Mais rien de plus facile ! Les patrons véreux n’auront, par exemple, qu’à licencier 10% de leur Personnel, puis faire faire 10% d’Heures SUP. au Personnel restant, pour avoir la même production ! Mais avec l’avantage, d’avoir 10% de cette production réalisée avec des coûts salariaux moindre, parce que détaxés et défiscalisés.

 

Aviation d’affaires, ou Vidéo-Conférences ?
En ce moment même, et cela, sans que personne n’en ait réellement conscience, nous vivons les prémisses d’un combat de titans, qui va très rapidement opposer : l’aviation civile et d’affaires à la vidéo–conférence ! En effet, un jour viendra, pas si lointain d’ailleurs, où les Hommes d’Affaires qui auront à discuter, à négocier, à régler des marchés, en un mot à faire du business, dans un pays proche ou à l’autre bout de la Planète, pourront le faire sans avoir à  se déplacer ! Ils pourront très facilement, traiter leurs affaires, directement de leur bureau, seul ou même avec leur Staff,  en utilisant tous les moyens techniques qu’offre d’ores et déjà le principe de la  « Vidéo-Communication ».

Le principal avantage du déplacement en avion, et peut-être le seul, réside dans le contact humain direct, qui a son importance dans les débats d’affaires. Par contre les inconvénients sont nombreux :  Sur le plan personnel, au vol rapide il faut ajouter, les récupérations des bagages et les risques de pertes, les trajets allers-retours à l’aérogare, le décalage horaire, les nuits à l’hôtel et les risques d’accident. Sur le plan général, la pollution, le coût des infrastructures, les contraintes de sécurité des matériels, volants et au sol, et également la longueur des contrôles de sécurité des passagers …..
A l’inverse de l’avion, le principal inconvénient de la ‘vidéo-conférence’, et peut-être le seul, réside dans le manque de contact humain direct ; Vous ne pouvez pas en effet, serrer la main de vos interlocuteurs, ni leur taper sur le ventre, ou sur l’épaule. Par contre les avantages sont importants : grosses économie de temps et d’argent, liberté de choix pour les horaires des séances, l’intérêt d’être chez vous, sur place, et d’avoir sous la main tous les plans et les documents, permettant de répondre à des questions non prévues, ……


Alors, lorsque les Hommes d’affaires ou actifs, qui représentent aujourd’hui une forte majorité des passagers aériens, préféreront le confort des communications audio-visuelles à domicile, que ferons-nous de tous ces avions ? De tous ces avions que l’on envisage de fabriquer à la pelle. Là aussi, il serait plus sage de prévoir …. et de réfléchir avant d’agir !

 

Baisser le coût du Travail peu qualifié ?
Affirmer que le coût du ‘travail de production’ est trop élevé, est une  belle ânerie (vous avez remarqué, je n’ai pas dit c……). Tous ces travaux, non intellectuels certes, mais durs, pénibles, répétitifs et souvent, sales, dangereux et même malsains, que peu de gens ne voudraient faire (sauf les immigrés bien sûr), méritent des salaires qui leur permettent de vivre décemment ! Quand donc, un éminent économiste (ils le sont tous, éminents), ou un grand responsable, compétent et honnête osera dire haut et fort que le ‘travail de production’ lui-même, n’est pas cher. Et démontrera que ce qui est le plus cher, ce sont surtout les ‘surcoûts’ qui s’ajoutent à ce travail de base, tant à l’intérieur de l’Entreprise, qu’à l’extérieur,
 

a)Le surcoût intérieur de l’entreprise.  Rappelons qu’en plus de la matière et des achats extérieurs, le ‘Prix de Revient’ d’un article est fonction de la ‘Masse Salariale’ de l’entreprise, et du nombre d’articles vendus ! Cette Masse Salariale, comprend, les bas salaires, que l’on juge toujours trop élevés et aussi bien sûr, les hauts salaires, qu’il n’est jamais question de baisser ! Et, à ce ’Prix de revient direct’, s’ajoute donc le ‘surcoût’ intérieur, les frais annexes, propres à chaque entreprise : investissements, marketing, représentation, publicité, etc…, sans oublier bien sûr, les bénéfices et les dividendes des Actionnaires. Et sans oublier non plus, les avantages financiers qui deviennent de plus en plus conséquents : les primes d’objectif, d’entrée ou de sortie, ainsi que les fameux et aussi faramineux « Parachutes Dorés ».

 

b) Les surcoûts extérieurs, la Commercialisation. Contrairement à ce que l’on croit, cette partie, concernant la chaîne  de tous les intermédiaires qui participent à la commercialisation des produits : transporteurs, représentants, grossistes, grandes surfaces, détaillants, etc…représente la part  la plus onéreuse et la plus pénalisante, du prix de vente aux consommateurs. Il faut savoir que le coût de tous ces ‘travailleurs’, indispensables certes, mais improductifs du ‘Secteur Tertiaire’, rentre en moyenne, selon les branches et les spécialités, pour 80 % du prix final d’un article ! C’est énorme ! Nous voyons ainsi, que pour un article qui est vendu au grand public au prix de 100 Euros par exemple, son ‘coût de production’ n’est que de 20 E., alors que son ‘coût de commercialisation’ est de 80 E..

 

Cette disproportion est vraiment incroyable, mais ce qui l’est encore plus et surtout tout à fait illogique, c’est le fait qu’à chaque fois que l’on veut réduire les prix, pour être plus compétitifs, on ne tape que sur  les coûts de production, dont l’impartition n’est que de 20 %, alors qu’il serait bien plus efficace d’agir sur les 80% que coûte la commercialisation.
 

Il est vrai qu’il est beaucoup plus facile de connaître les salaires horaires d’une entreprise, que de connaître les coûts et aussi les abus, de tous les maillons des chaînes de distributions. De tous ces improductifs qui n’ajoutent aucune valeur aux produits, sinon des ‘frais’ ! Peut-être serait-il bon un jour, de faire un distingo entre la T.V.A. et la T.F.A.. Entre la ‘Taxe à la Valeur Ajoutée’ de la fabrication, et la ‘Taxe aux Frais Ajoutés’ de la commercialisation.

 

Enrichir les Riches ?….ou les Pauvres ?
L’objectif de notre nouveau Gouvernement est ‘d’enrichir les riches’ pour relancer l’économie ! Alors on invente des cadeaux fiscaux,  des réductions, ou suppressions de taxes, de charges et même la création d’un ‘bouclier dit fiscal’. (Il faut bien qu’ils se défendent ces malheureux !). Au prétexte que plus il leur restera de l’argent, plus ils achèteront et plus ils feront tourner le commerce. Raisonnement absurde de technocrates ! Cet argent supplémentaire, les riches vont le thésauriser, ou faire des placements qui vont alimenter de façon superfétatoire, une ‘fuite en avant’ déjà excessive et très préjudiciable à la Planète !

Comment ne pas comprendre que la meilleure solution, pour assurer le développement équitable et durable de notre économie, est bien évidemment  d’enrichir les pauvres ! Ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas là, de sensiblerie pleurnicharde, ou de commisération, mais de logique et de bon sens. Car en effet, « les nantis qui ont quasiment de tout, n’achèteront quasiment plus rien, alors que les pauvres qui, eux, n’ont pratiquement rien, achèteront pratiquement de tout ! » Que nous l’admettions ou non, ce n’est pas en réduisant le casse-croute des travailleurs, que l’on vendra davantage de pain et de beurre !

Le « Système P.E.R. », le ‘Partage Equitable des Revenus’ que nous préconisons et qui se base sur les rémunérations après impôts, permettrait de valoriser les ‘Bas-Salaires’, sans que cela ne coûte un sou de plus à personne ! Nous en reparlerons une prochaine fois.

 

                                                                    Raymond MONEDI
                                                                           Juin  2007

 

 
 Vous avez quelques chose à dire ?                      (haut de page ^)

Si comme nous vous avez des moments de révolte, d’approbation ou tout simplement quelque chose à dire, qui s’inscrit dans la philosophie du « Cercle P.E.P. », veuillez l’exprimer dans un petit laïus de 15 lignes maximum et nous l’adresser. Nous le publierons dans notre prochain Bulletin. 

Contactez le cercle PEP

Sommaire

Fermer la fenêtre