ACTUALITE JUIN 2005

Fermer la fenêtre

 

Le Peuple est malheureux, Sire ! Quoi une Révolte ? NON Sire, une Révolution !

 

Le NON du « Tiers – Etat »
à la « Noblesse  Business »


Le plus surprenant dans ce référendum, c’est que tout le monde ait été surpris … par la victoire du NON ! Tout le monde vit dans son fromage, sans se préoccuper de ce qu’il y a dans l’assiette du voisin ! Et tout le monde de s’interroger sur le pourquoi du NON. Tous les lieux communs qui permettent d’alimenter, sans risques, les conversations les plus creuses, ont plané et virevolté dans notre beau pays de France, par une belle nuit référendaire d’un mois de Mai finissant. 
 

Alors, quelle est la vraie raison d’un tel refus ? Car le plus fort et certainement le plus grave, c’est qu’aujourd’hui encore, quinze jours après le séisme, personne n’en a compris la véritable cause ! Pour les uns, c’est surtout le chômage, pour les autres l’hégémonie de l’Europe, les délocalisations, et pour beaucoup aussi, les méfaits insidieux de la croissance et de la concurrence. Sans oublier les bas et aussi à présent, les moyens salaires, que l’on accorde comme une aumône, à tous ceux qui travaillent. Et, sans que l’on rende bien compte encore, tout au bout de la lorgnette il y a, en filigrane, la crainte de la mondialisation !
Toutes ces raisons sont patentes bien sûr, mais il serait absurde et inopérant de vouloir y remédier séparément. D’autant plus, qu’elles s’inscrivent toutes sous un ‘Dénominateur Commun’ sur lequel il serait bien plus judicieux et efficace d’agir. Et si l’on y réfléchit quelque peu, on s’aperçoit que la cause commune de tous les problèmes qui empoisonnent la vie du Monde actuel, c’est l’absurde « Fuite en Avant Technologique et Economique » impulsée par la « Noblesse Business » pour accroître toujours plus leurs profits ! C’est ainsi qu’aujourd’hui, comme l’avait prévu Ivan ILLICH  (en 1973), « le Progrès, au lieu de libérer les Hommes, les rend de plus en plus esclaves de la méga-machine. »

Cette « fuite en avant » matérialiste fait peur. Depuis la fin de la dernière guerre, l’évolution de l’humanité s’est accélérée de façon quasi inhumaine. Tout va trop vite, tout va trop loin et de plus en plus d’Hommes, ne pouvant pas suivrent, décrochent ! Et les laissés pour compte de cette aberrante  et inutile course folle, se comptent par milliards. Car, entre tous les rejetés des Pays du Tiers-Monde et les rejetés du Quart-Monde, (les pauvres des Pays riches) on peut penser qu’aujourd’hui, 5,5 milliards de Terriens sur 6, ont une peur panique de l’avenir et souffrent des ambitions matérielles excessives, d’une oligarchie intercontinentale, qui sans le réaliser vraiment, mène inéluctablement le Monde à sa perte !
Cette course folle, qui pousse à toujours plus de compétitivité, de productivité et de progrès superfétatoires, pour accroître les profits des Aristos, génère en contre partie, chômage, précarité, stress et bas salaires, chez les Prolos ! Pourtant, les richesses acquises à ce jour seraient suffisantes, pour faire le bonheur de tous les Hommes, sans qu’il soit nécessaire d’en produire plus ; Il suffirait tout simplement de les répartir de façon plus équitable. Car si l’on continue ce développement exponentiel on va, en ce siècle même, totalement polluer notre atmosphère vitale et assécher la Planète entière de toute son eau, de tout son pétrole et de tous ses minerais !

Cette « fuite en avant » met toute l’Humanité sous pression. Comment, ne pas se révolter lorsque les désirs démesurés de nos « négriers des temps modernes » vous ‘foutent’ une pression inhumaine dans les entreprises. Des cadences infernales, obligent des employés et notamment des cadres à se doper ou à fonctionner aux anxiolytiques ! Cadences si excessives, qu’à présent les entreprises doivent éliminer des Salariés de plus 45 ans, sous prétexte qu’il leur est impossible de suivre les rythmes d’aujourd’hui ! Et un Jeune, c’est moins cher et plus actif.
Comment aussi, ne pas se révolter lorsque cette pression absurde  de la vie professionnelle, pénètre par une osmose inévitable, dans la vie personnelle ? Les Femmes qui courent, vite, pour aller chercher les gosses à la crèches ou à l’école, et pour faire leurs courses, afin que le repas soit prêt à l’heure ! Manque de chance, ce soir là, son Mari est rentré à 10 heures, pour raisons d’heures ‘sup’. S’il avait refusé il aurait pu être viré ! De plus, mais chut ! Il parait que certains soirs, il est tellement fatigué et préoccupé par son travail, qu’il ne peut même pas honorer son épouse ! Oui, oui, c’est vrai ! Cela ne s’invente pas !

Mais comme malgré cela, les Hommes ne vont pas assez vite, on invente et l’on construit des machines ultraperformantes, qui vous remplacent  10 ou 20 personnes ( voir le tri à la Poste) et parallèlement, l’on licencie des charrettes de Salariés. Pour les ‘négriers’, c’est tout bénéfice ! Car les employés qu’ils rejettent pour gagner en rentabilité, deviennent des chômeurs qui sont ensuite payés par la Collectivité ! C'est-à-dire par vous et moi ! Il faut que l’on soit sacrément manipulés, pour ne pas voir de telles vérités. Et combien d’autres absurdités politico-économiques s’étalent là, sous nos yeux et que nous ne savons voir !

Le refus « intuitif » d’une Mondialisation Business. Il est évident, que de par notre conditionnement mental, nous « Moutons-Citoyens » ne sachions pas très bien où nos « Meneurs Panurgiens » veulent nous entraîner ! Mais ce qui doit être sûr, c’est que beaucoup de ceux qui ont refusé la Constitution, en l’état, l’ont fait inconsciemment et sans trop savoir pourquoi. Ils ont dû avoir le pressentiment que la voie qui leur a été proposée, n’était pas celle du bonheur de l’Humanité ! C’est leur ‘intuition’ qui les a certainement guidé.
Mais attention, ce NON n’est pas un refus de l’EUROPE. Bien au contraire, c’est l’ardent désir de construire une EUROPE, plus humaine, plus juste, plus ouverte et plus tolérante. L’EUROPE du bonheur des Peuples qui la composent et, à même de devenir un exemple pour tous les Pays de la Terre. C'est-à-dire exactement le contraire de l’EUROPE que les marchands, les businessmans et les ambitieux,  ont  voulu nous proposer en catimini!
Et c’est dans ce sens là, que le NON des Français, doit être qualifié d’historique ! C’est le premier refus vraiment significatif, depuis 1789, que le « Tiers-Etat » d’aujourd’hui à opposé à la «  Noblesse du Business » actuelle. Ce NON est une chance qui nous permet de relever la tête du guidon et de réfléchir un peu plus sereinement, à l’avenir que nous souhaitons.

Rappelons le, ce n’est pas un NON raisonné ou réfléchi, mais un NON intuitif, qui vient  du fin fond de ‘l’Inconscient Collectif ‘! Et cela a sacrément plus de valeur ! Ce rejet quasi inconscient, est bien la preuve, d’une amorce de révolte dans les esprits, comme il y a deux siècles ! Le Peuple a peur du futur ! De ce futur inhumain, que veulent insidieusement lui concocter, les ‘Aristos de la finance’. Et il ne fait aucun doute qu’aux yeux de l’histoire ce premier NON, va constituer  l’acte premier de la méga pièce-planétaire qui va se jouer dans les décennies à venir, en espérant que le final verra enfin  l’aurore du bonheur mondial !

Une « fuite en avant » économique et un « retour en arrière » sociétal. Il ne s’agit pas, comme certains pourront l’ironiser, de faire l’éloge de la paresse, ou de faire de la FRANCE un Pays de fainéants, ou de dénigrer le ‘travail’. Non, il s’agit tout simplement de ralentir l’absurde course folle technico-économique dans laquelle des technocrates, des financiers et des politiques irresponsables ont engagé tous les Pays industriels. Ils ont beau jeu de faire l’apologie du travail, alors que ce sont eux qui, par leur « fuite en avant » excessive, en ont tué la valeur sociétale !

Remercions nos aïeux d’avoir tant travaillé et de s’être tant sacrifiés, d’avoir tant lutté en des grèves très dures et parfois meurtrières, pour normaliser et humaniser de mieux en mieux, les conditions générales du travail. Alors Messieurs de la « Noblesse Business » ne touchez pas au travail, vous ne savez pas ce que c’est ! Vouloir augmenter les horaires et baisser les salaires, accroître encore plus les cadences infernales, réduire le pouvoir d’achat, vouloir revenir en arrière sur le ‘code du travail’, etc… Ne jouez pas aux apprentis sorciers, vous pourriez vous brûler les doigts. Ce premier NON, n’est peut-être qu’un avertissement gratuit ! Alors ……

Raymond MONEDI
Juin 2005

 
 Vous avez quelques chose à dire ?                      (haut de page ^)

Si comme nous vous avez des moments de révolte, d’approbation ou tout simplement quelque chose à dire, qui s’inscrit dans la philosophie du « Cercle P.E.P. », veuillez l’exprimer dans un petit laïus de 15 lignes maximum et nous l’adresser. Nous le publierons dans notre prochain Bulletin. 

Contactez le cercle PEP

Fermer la fenêtre