ACTUALITE MARS 2012

Sommaire

Fermer la fenêtre


 

 

 

 

Et JESUS, chassa

les Marchands du Temple

 

 

 

 

 

 

En cette période de crise financière titanesque, où des paquets de Milliards passent, repassent et trépassent, sans savoir ni où, ni pourquoi et ni comment, toute notre Elite bio-économique, pourtant ‘informatilisée’, .....

a l’esprit tellement tourneboulé, tellement embrouillaminé, qu’elle ne sait plus, réellement quoi faire ! D’ailleurs plus personne, au Monde, ne sait quoi faire !

 

Tous nos grands Economistes, pourtant tous éminents, sont perdus !   Et en plus, dans ce climat négatif et délétère, la désagréable surprise pour nous Français, d’apprendre que nos prix sont trop chers et que le ‘coût de notre Travail’ est trop élevé.

 

Aussitôt, comme a son habitude, le Gouvernement va s’attaquer aux bas-salaires qui, tout le monde le sait, sont toujours trop hauts. A croire que les vrais ‘hauts-salaires’, eux, dont les montants dépassent l’entendement, ne sont pas pris en compte dans les calculs des prix de revient des Entreprises ! Alors haro sur les Minus,  haro sur le SMIC ; mais comme il est déjà trop bas, on n’ose pas le baisser davantage, et on préfère alléger les Charges Sociales. C’est ainsi que de façon quelque peu détournée, on va baisser le «Coût du Travail Productif» pour devenir plus compétitif !

 

 

 

Baisser le « Coût du Travail  Productif ».

 

Oui ! Cette idée, qu’elle est bonne....  Elle est aussi simple et bête que celle de ‘l’œuf de Christophe Colomb’, mais il fallait avoir l’esprit particulier de notre Nicolas National, pour y penser. Depuis son avènement, il y a 5 ans, on sait que pour vendre plus, il faut travailler plus, mais on sait aussi maintenant, que l’on peut gagner plus, en réduisant les ‘Charges Sociales’ et en augmentant les Bas-Salaires. C’est genre, quadrature du cercle, mais en y ajoutant une petite dose d’innovation, et un zest de productivité, on peut aussi baisser le ‘Coût du Travail’ ! Il n’y à qu’a .......

 

Alors, par un montage savant et alambiqué, dont il a le secret, il supprime la P.P.E., la ‘Prime Pour l’Emploi’, il réduit les cotisations sociales, salariales et patronales, dans les Entreprises et,..... pour compenser tout ça, il augmente la T.V.A., la ‘Taxe à la Valeur Ajoutée’, qui après intronisation, sera baptisée, « T.V.A. Sociale »  .....Et comme il dit, ce dispositif lui permettant aussi  d’augmenter le salaire des Travailleurs, cela ne coûtera rien à personne. Quel enfumage ! Quelle ignorance et quelle incompétence, sinon .....quelle Hypocrisie !

 

 

 

La Tromperie de la T.V.A. Sociale.

 

Pour notre Président, transformer la T.V.A. normale, en T.V.A. Sociale, est la panacée du moment. Car en majorant très sensiblement son taux, on pourra comme nous venons de le voir, diminuer les charges et augmenter les salaires, mais aussi éviter le chômage et les délocalisations ......et surtout d’accroître notre compétitivité !

 

Mais, notre Président oublie de préciser, ou il fait semblant de l’ignorer, que quoi que l’on fasse, si l’on augmente le taux de la T.V.A., qu’elle soit sociale ou pas, l’on augmente obligatoirement les prix d’achat d’autant ! Toutes autres explications, ne sont que ratiocinations, même si l’on peut comprendre que celui qui s’était auto-proclamé, le Pape du ‘Pouvoir d’Achat’, cherche à camoufler ses assertions par trop péremptoires, de ses débuts !     

 

        - En économie, les miracles n’existent pas, et qu’on le veuille ou non, toute hausse de T.V.A., se répercute obligatoirement sur les prix aux consommateurs. Et le consommateur, .....c’est Vous,.... c’est moi. C’est tout le monde, les Pauvres compris.

         - Par contre, en économie, les mensonges existent ! Les tromperies, les duperies, les oublis ou les omissions sont monnaie courante dans toute organisation économique. Faire accroire, ou rouler son monde, ses clients et même ses Amis, c’est toujours marquer des points et gagner de l’argent ! Il ne faut pas se leurrer, l’opacité, le mensonge et  la tromperie,

sont les piliers même du ‘COMMERCE’.

 

 

Et cette affirmation, que certains pourront trouver exagérée et choquante, se trouve parfaitement confirmée dans le plus vieux livre du Monde, la BIBLE, lorsqu’elle relate le moment où JESUS, .......saisi d’une folle colère, inhabituelle chez Lui, ‘chasse les marchands du temple’ ! Temple qui par les trafics des vendeurs, était devenu un véritable repaire de brigands, une véritable caverne de voleurs !  

 

 

 

Un Petit Cours d’Economie Appliquée

 

L’économie est trop importante, pour la laisser aux mains des seuls Economistes. Alors raisonnons autrement : ......L’acte commercial est bivalent : En effet,  pour qu’il y ait échange, il doit nécessairement y avoir :

 

                a)  La  FABRICATION  de produit. ........C’est l’aspect matériel de l’action.

                b)  Leur COMMERCIALISATION. ...   .....C’est l’aspect Immatériel de l’action

 

A l’origine du commerce, il y eut le TROC, qui consistait en l’échange direct  de produits de valeurs sensiblement égales. Si par exemple, un ouvrier fabriquait un lumignon en une heure, il pouvait l’échanger contre une pelle fabriquée elle-même, en une heure par un autre ouvrier. Les échanges se faisant de gré à gré étaient équilibrés et acceptés. Mais peu à peu, dans le but avoué de faciliter et d’activer le négoce, des ‘intermédiaires astucieux’ commencèrent à s’intercaler entre les Particuliers ;  entre les Producteurs et les Consommateurs. Ainsi naquit le commerce et ses Commerçants, qui depuis ne font qu’embellir et prospérer !

Et là, nous devons faire un distinguo très important, dont bien sûr, on ne parle jamais.

 

a) La FABRICATION des produits, est faites par des : ACTIFS - PRODUCTIFS, qui par leur  Travail, génèrent : ........ de la  « Valeur Ajoutée ».  (d’où la T.V.A.)

Alors que,

b) La COMMERCIALISATION, est faites par des :ACTIFS - IMPRODUCTIFS, qui par leur Travail, ne génèrent :........que des « Frais Ajoutés ».  ( ce serait la T.F.A.)

 

 

Comme on le voit, les Fabricants ajoutent de la ‘Valeur’, alors que les Commerçants, ajoutent des  ‘Frais’, ..... des Coûts supplémentaires qui majorent les prix de vente. Et l’erreur du Système économique Français est de confondre les deux.

 

 

 

Rapport des Coûts de Fabrication et de Distribution.  

 

Parce qu’aujourd’hui, par le développement exponentiel du négoce mondial, la part qui revient à la distribution d’un produit, plus élevée que son coût de fabrication. Le prix d’un produit, sortie usine, ne rentre en moyenne que pour 20 %, dans le prix final que paye le Consommateur lors de son achat.

Les 80 % restant comprennent tous les frais immatériels et annexes : les Etudes, le Marketing, la Commercialisation, la Publicité, les Transports, la Publicité, etc.... les Marges, les Impôts Indirects, que les Distributeurs et l’Etat, ponctionnent à chaque étape du circuit. Mais comme ce rapport moyen : 20 / 80, (multiplicateur = 4) peut sembler incroyable aux profanes voici quelques chiffres concrets :

 

               ARTICLES            PRIX  PRODUCTEUR           PRIX VENTE               MULTIPL

 

            1  Chapeau enfant -        0, 80  Euros                    3, 80 Euros               4, 7

            1  Luminaire                    4, 30      «                       23, 00    «                     5,3

            1  Rasoir                           8, 10      «                       47, 50    «                     5, 8

            1  Kg. Cerises                 0, 30      «                         1, 70    «                     5, 7

            1  Rose                             0,10       «                         0, 75    «                     7, 5

 

Comme on le voit, sur ce petit tableau de produits courants, les prix d’achats aux fabricants, ou aux producteurs, sont allègrement multipliés par : entre 5 à 7 fois, pour aboutir aux prix

 

 

vendus aux Consommateurs. Nous avons ainsi la démonstration, que contrairement à ce que l’on croit, dans le prix d’un produit ce qui coûte le plus cher, ce n’est pas sa production, mais sa création et sa commercialisation ! Aujourd’hui déjà, l’Immatériel prime sur le Matériel.

 

 

 

Une Politique Economique à la Gribouille

 

Après cet exposé sur l’économie élémentaire, digne du MASSACHUSETTS INSTITUT, il est difficile de comprendre l’incompétence crasse de nos Dirigeants, dans un domaine qu’ils devraient maîtriser comme des grands. Il est difficile de comprendre qu’à chaque fois que notre Président du ‘Pouvoir d’Achat’, veut l’augmenter, il ne pense qu’à taper sur le secteur fabrication, pour baisser le coût du travail Productif, dont l’impartition n’est que de 20 %, alors qu’il serait autrement plus efficace de taper sur les 80 %  que coûte la distribution. Mais là, c’est le black-out, total ! Il est vrai, qu’il est beaucoup plus facile de jouer sur la Fabrication dans laquelle on connaît les prix au centime près, que sur la Distribution où l’opacité règne en maître.  

 

Pourtant, si nous savions contrôler et maîtriser l’aspect Immatériel de tout ce secteur – dit Tertiaire – nous aurions de sacrées surprises,.....et aussi de sacrés résultats. Parce que s’il y a des petits commerçants et des petits représentants qui tirent le diable par la queue, il faut savoir que c’est dans ces métiers là, la vente, la publicité et la grande distribution, que l’on gagne le plus d’argent, et que l’on fait les plus grosses fortunes. Malheureusement, à l’inverse de FORD, les capitalistes primaires n’ont pas compris qu’en exploitant d’une manière éhontée les entreprises, ils réduisaient le Pouvoir d’Achat des Travailleurs, qui en final sont aussi,...... des consommateurs ! Nos marchands scient la branche sur laquelle ils s’enrichissent ! Mais l’arrivée en force de l’aspect Immatériel dans les domaines du Travail et de l’Economie, va demander, sinon exiger, une nouvelle façon de voir les choses, et aussi la mise en place d’une nouvelle déontologie.

 

 

 

 

Un Nouveau Code Déontologique

 

Oui ! Répétons-le, par la faute de l’immense crise financière qui, depuis quelques temps secoue le Monde, nos éminents économistes sont vraiment perdus et leurs décisions, plus ou moins douteuses, comme celles prises en ce moment, sont toutes sujettes à caution ! Il est temps de prendre conscience de l’ardente nécessité, de  l’ardente et urgente obligation de créer et de mettre en place, un ‘Code Déontologique’, pour assainir, normaliser et, aussi et surtout, moraliser le Système mondial du Commerce.

 

Important. Mais pour être réellement efficace et exhaustif, il est impératif d’y adjoindre le domaine de la Finance ! Car ces deux secteurs, qui concernent l’économie, étant étroitement imbriqués, on peut penser que ce sont les deux réunis, le Commerce et la Finance,  qui sont responsables de tous les malheurs de l’Humanité.

 

Comme ces deux secteurs, ont les mêmes défauts, les mêmes vices et la même absence d’éthique, pour ne pas parler de...... vertu, il est absolument nécessaire de les réunir et de les placer sous le même Code Déontologique. Aujourd’hui, l’économie domine le Monde, mais...... l’étouffe aussi. L’Homme n’a pas été mis sur Terre, que pour travailler et pour consommer ! Il y a quand même d’autres activités et d’autres valeurs dans la vie, que diable !

 

 

 

                                                                               Raymond  MONEDI

                                                                                      Mars  2012

 

 

 
 Vous avez quelques chose à dire ?                      (haut de page ^)

Si comme nous vous avez des moments de révolte, d’approbation ou tout simplement quelque chose à dire, qui s’inscrit dans la philosophie du « Cercle P.E.P. », veuillez l’exprimer dans un petit laïus de 15 lignes maximum et nous l’adresser. Nous le publierons dans notre prochain Bulletin. 

Contactez le cercle PEP

Sommaire

Fermer la fenêtre