ACTUALITE SEPTEMBRE 2009

Sommaire

Fermer la fenêtre


 

 

Les Financiers jugés,
au Café du Commerce de ‘Sainte-Mère des banlieues’

 Les FINANCIERS,..... MAITRES du MONDE ?

 

L’Argent,... l’Argent..., l’Argent,... ils n’ont que ce mot à la bouche ! Ce n’est que lorsque nos HARPAGON des temps modernes, auront été virés de la Planète, que les Hommes pourront être heureux !

Alors, à quand la grande révolte conseillée dans l’Article 35, de la  « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen »

 

J’étais là assis au bar, bien peinard, à siroter mon premier Ricard, Quand d’un coup, et en gesticulant comme à son habitude, entra le beau Jimmy : Eh ! Vous avez vu les Gars ! La BNP, la banque de ‘PARIS d’en Bas’, va filer 1 Milliard de BONUS à ses ‘traders’ !

 

    - Oh, Oh ! D’où tu tiens ça l’ami, lui lança Fanfan la logique, faut pas exagérer quand même, l’Etat leur a balancé plus de 5 Milliards il y a pas longtemps, pour les renflouer, alors tu vas pas nous dire que maintenant……

 

    -Si, si, justement, et c’est là qu’est la honte, le gros scandale ! Tu penses, tout juste après avoir empoché les 5 tonnes de ‘thunes’, voilà-t-y pas que ces ‘flibustiers du fric’, décident de se foutre, eux tous seuls, un Milliard d’Euros dans les fouilles ! Tu  crois pas que c’est …..

 

    - Mais bien sûr, le coupa Jeannot, très en colère, ils n’ont rien compris les gugus de la finance. C’est bien ce qu’on pensait, à peine renfloués, ils repartent de plus belle ! Eux ils se goinfre et nous on crève ! Et bien nous maintenant, on en a marre. Assez d’être les dindons d’un système à la con ! Système qui ne fonctionne que grâce aux renflouements de l’Etat !

 

    - Surtout, surajoute le grand Polo, comme l’Etat c’est Nous, c’est nous pauvres ‘Citoyens-lambda’ qui payons les conneries de tous ces voyous de financiers ! Après les rémunérations abracadabrantesques des grands Patrons, des grands sportifs et des saltimbanques du spectacle, voici venus les excès des . . .  ‘BaBo’, des ‘Banquiers-Bonus’ et leurs traders !

 

    - Traders,…traders,…lança Coco, l’adjoint au Maire, on ne parle plus que de ces ‘cancrelats’, là, en ce moment. Et bien moi, les Gars, je vais vous dire d’où ça vient tout ça :

« On n’y pense pas, mais l’appellation américaine de ‘trader’ vient du verbe Français, ‘TRAIRE’ ! Et pour nous traire, ils sont vachement forts les ‘traders’ ! Le Grand Général, l’avait déjà pressenti, lorsque dans les années 50, il disait que nous étions tous des ‘Veaux’. Il avait bien raison, car cela fait pas mal de temps que nous nous laissons traire comme de vulgaires bovins,….sans rien dire, sans réagir ! Bonus,…bonus…mais bouche cousue. Oh ! bien sûr on pense, on discute entre nous, on ressasse, en un mot on ‘rumine’, . . . . comme de véritables bovidés qui, sans bouger et l’esprit vide, regardent, ……passer les trains !  

 

 

Et content de sa péroraison, le Coco demanda au Professeur de lui donner son opinion. Alors notre vénérable Prof., qui depuis un moment, rongeait son frein dans son coin, prit la parole. Aussitôt, le silence s’établit dans la salle, tout le monde était toute ouie.

 

    - Très bien, très bien, et merci Monsieur le Maire, pour votre analogie avec la ‘traite’ des bovins que je trouve assez juste. Aujourd’hui nous pourrions plutôt parler de ‘larves’. Des « Êtres » sans consistance qui grouillent, s’agitent sans arrêt et prolifèrent de façon inconsidérée, sur une TERRE qui devient chaque jour trop petite pour eux. Des ‘Esprits mous’ qui englués dans un confort à minima « métro, boulot, dodo, sans piper mot » ! Vous avez raison, mon ami Coco, à présent en FRANCE, depuis l’avènement de Napoléon IV, le Peuple grogne en sourdine, mais ferme sa gueule !.

 

Là, des applaudissements fusèrent de l’assistance. Le vieux Prof. en profita pour souffler un peu. Le silence revenu, il reprit sa démonstration :

 

    - Allons mes Amis, revenons aux choses  sérieuses, revenons aux comportements scandaleux des escrocs de la finance qui font tant hurler, non seulement notre Ami Jimmy, mais toute la France et le Monde entier, aussi !  C'est-à-dire la spéculation, les traders et leurs inadmissibles ‘bonus’. A trop exagérer on se fait ramasser ! Avant la crise, personne n’était au courant de toutes ces dispositions amorales et frauduleuses ; Cela existait bien sûr, mais ces magouilles se passaient en catimini, derrière les murs froids et épais des banques. Et aujourd’hui, alors que le faramineux ‘Pot aux roses’ est découvert, au lieu de supprimer, comme cela devrait se faire, purement et simplement cette incroyable malversation, tous les grands Responsables Nationaux ne parlent que de, moraliser, de réguler et de plafonner, les rémunérations des banquiers et de leurs traders ! C’est la Honte ! A croire que les grands Chefs d’Etats ont peur  des grands Experts Financiers.  

 

 

Nos grands Chefs d’Etats, ont peur des grands Financiers.

 

    - Et cela est vrai, car depuis la suppression du ‘Contrôle des Changes’ sur le plan international, suppression voulue et quasi imposée par les financiers, la sphère argentifère mondiale est devenue plus forte que les Etats ……et à fortiori, plus forte aussi que les ‘Pouvoirs Politiques’. De plus, reconnaissons que de par leur formation générale, ils sont quand même un peu petits, nos Hommes politiques, fussent-ils Président de la République, devant les Experts de haute volée, rusés et pervers, de la haute finance.

On pourrait même supposer que toutes les réunions communes organisées par le fameux G20, ne servent à rien, sinon à sauver la face des Dirigeants, vis-à-vis de leurs électeurs. C’est sûr que toutes les décisions qui seront prises, seront voulues ou concédées par les Financiers !

Parce qu’aujourd’hui, croire que le ‘système financier international’ va accepter de gaieté de cœur l’encadrement de leurs rémunérations, fixes et surtout variables, ainsi que la réduction et le contrôle des bonus de leurs traders, c’est croire au Père Noël !!

 

Alors, tout le battage que l’on fait autour du G20 qui va se tenir à Pittsburgh, cette fin de mois, peut prêter à sourire. L’entente de façade de Nicolas SARKOZY, Angela MERKEL, rejoints par Gordon BROWN, va leur permettre de rouler les mécaniques (notre Nicolas aime tant ça) et de jouer les Personnages Importants. Avant, parce qu’Après ce ne sera pas pareil !  Non, qu’on l’admette ou pas, le seul et unique moyen de mettre un terme à ces pratiques financières malhonnêtes, est de les supprimer ! De les éradiquer totalement, une bonne fois pour toute. Les égarements, les délires et la frénésie ‘goinfrière’ qui s’est emparée du Capitalisme financier est à présent, devenue trop importante et trop juteuse pour certains, qu’il serait à présent  impossible et même dangereux, de vouloir amender et moraliser le Système !

Dehors, les banquiers spéculateurs ! Dehors les traders et leurs bonus indécents ! La France n’a pas besoin de ces goinfres de fric ! On nous dit que ces ‘V.I.P’, pour ‘ Voyou International Pervers’, iront porter leur savoir-faire à l’étranger. Grand bien leur fasse, mais cela ne durera pas bien longtemps. Parce qu’un jour viendra, où les autres Pays comprendront eux aussi, que si toutes ces combines malhonnêtes sont juteuses, elles ne le sont  uniquement que pour la seule sphère financière. Elles ne rapportent rien du tout aux Pays et encore moins, aux pauvres‘Pékins’ que nous sommes !

 

Alors STOP à la spéculation, STOP aux Traders, STOP aux Bonus !

 

 

Et le vieux Professeur, emporté par son sujet, ayant lancé sa conclusion avec emphase, des applaudissements crépitèrent de partout dans la salle et un brouhaha général s’ensuivit : 

 

 

‘ t’as vu, s’il est bon le vieux’...... nous les ‘petits on sera toujours les dindons de la farce’......’ mais que peux-tu faire face à des escrocs’..... ‘on vit dans une république pourrie’......’moi, je te dis que SARKO, fait semblant’.... ‘de toute façon, la seule solution,.... c’est la révolution’...

Dommage qu’un Journaliste n’ait pas été là, il aurait fait un sacré florilège people.

 

Notre Professeur, se délectait de toutes ces discussions que son exposé avait suscitées.

 

Et le jeu des ‘questions-réponses’ reprit :

   

     - Oui vous avez parfaitement raison Professeur, ajouta Jeannot, devant un capitalisme financier atteint, non pas de délires, mais de delirium tremens, la meilleure façon de le guérir c’est de carrément le supprimer ! Même, si pour y parvenir il faut . . . . casser la baraque.

 

     - Vous avez raison aussi, surenchérit le grand Polo, quand vous dites que la gouvernance mondiale a peur et, qu’elle est totalement incapable de s’opposer au monde de l’argent ! Sûr que les financiers, dont c’est le métier, sont bien plus compétents que les Politiques.

 

    - Eh ! les Gars, lança Mouloud rigolard, après le G7, le G8, maintenant le G20, pourquoi pas le G40 un jour, . . . plus il y a de fous, plus ils se marrent !

 

    - Dites, Monsieur le Professeur, ne pensez-vous pas que l’on éviterait toutes les malversations et tous les abus, si les banques avaient un statut similaire à ceux des ‘Coopératives’ ?  C'est-à-dire, qu’en fin d’année, les déficits, ou les bénéfices, seraient partagés entre tous les adhérents qui leur apportent leur argent.

 

       - Oui, c’est dans ce sens là qu’il faut réfléchir, répondit le Prof., et cela devrait même concerner les Compagnies d’Assurances qui elles aussi, se gavent sur le dos de leurs Sociétaires. Il est certain qu’un jour des Systèmes de ce genre, seront adoptés !

 

Puis on entendit la voix fluette de Lorie, la jeune Etudiante en économie-sociale, demander :

 

     - Pardon, Monsieur le Professeur, j’approuve l’ensemble de vos synthèses et aussi votre conclusion, qui vont dans le sens de l’Histoire. Mais pourriez vous nous expliquer pourquoi le Capitalisme,  qui est en gros, le régime appliqué dans tous les Pays riches et, disons évolués, génère continuellement  des crises ?

 

     - Bonne et pertinente, mais grande, question ma petite Lorie. Et je vais essayer de vous résumer mon sentiment actuel, car il faut comprendre que la dure crise financière qui vient de s’abattre sur le Monde, fait sacrément réfléchir et fait aussi évoluer quelque peu, les philosophies. Pour faire simple, disons que le ‘régime capitaliste’ est victime de son ‘ultra-libéralisme. C’est d’ailleurs cette liberté excessive qui lui donne un Dynamisme et un pouvoir exceptionnel de création de Progrès et donc de Richesses. Mais qui parallèlement, autorise tous les abus et toutes les combines financières possibles ! Ce sont toutes ces magouilles plus ou moins honnêtes et indécentes, mais néanmoins ‘légales’, qui tuent le Capitalisme.

Tout a commencé par la suppression du « Contrôle des Changes », désirée et quasiment imposée  à toutes les Nations, par la ‘Sphère Financière Mondiale’, qui aujourd’hui  gouverne la Planète ! Car force nous est de l’admettre, que depuis quelques temps déjà, cette ‘maffia argentifère’ est plus forte que les Etats et plus forte que les Politiques. Alors le G.20 . . . . .

 

Notre vieux Prof.-Philosophe s’arrêta quelques instants pour se désaltérer avec sa limonade habituelle. Regardant l’assistance, il sembla heureux de son importance. Il est vrai que, hasard ou pas, de nombreux clients étaient entrés au ‘Café du Commerce’ pour l’écouter.

 

    - A présent pour conclure, à vous ma gentille Lorie et à vous tous, mes chers Amis, je voudrai vous faire part d’une petite théorie, pas très connue, qui pourrait expliquer la mort inéluctable du Capitalisme argentifère !  Les grands Maîtres de la finance, certainement, obnubilés par leur facile victoire et leurs énormes richesses, ont cru un moment et peut-être même que certains y croient encore, aux possibilités de la « financiarisation ». C'est-à-dire pouvoir faire de l’argent, rien qu’avec de l’argent !  Leur erreur rédhibitoire a été de ne pas avoir compris que seul, .... « l’Argent Valorisé » pouvait générer de l’argent nouveau!

« Que seul l’argent Valorisé, par le Travail des Hommes,  génère des richesses,..... en plus »

 C’est ce qu’ en économie réelle d’Entreprise, on appelle la ‘Valeur Ajoutée’, (‘V. A.’),  sur laquelle est basé le calcul de la taxe : ‘T.V.A.’, ....... la fameuse taxe connue de tous.

 

 

Et la leçon principale à retenir de la crise et des problèmes financiers actuels, est que l’argent inerte, immobile n’a qu’une valeur virtuelle. Et ce n’est que lorsqu’une ‘symbiose harmonieuse’ de l’Argent et du Travail est réalisée, que l’on peut parler de création Richesses et de Bonheur pour l’Humanité! Mais alors, comment parvenir à ce Paradis sur Terre ?

 

Ce sera loin d’être facile ! On peut penser, que le déséquilibre sociétal entre les Riches et les Pauvres, entre les Nantis et les Paumés, est devenu tellement énorme, tellement intolérable,  que des combats durs et fratricides sont à prévoir ! En ce début de millénaire, les temps sont enfin venus pour le bonheur de l’Humanité ! Mais auparavant, il va falloir nettoyer les Ecuries d’Augias’, les Paradis fiscaux et tutti quanti. Alors, bon courage les Gars ! Pour ma part, je ne peux que vous lire, l’article 35, de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen  :

 

 

 « Quand un Gouvernement, viole les droits du Peuple, ’ l’Insurrection’ est, . . . . pour le Peuple et pour chaque portion du Peuple, le plus sacré des Droits et, . . . . le plus indispensable des Devoirs ! !

                                 

 A bon entendeur SALUT !

 

 

Et ce matin là encore, le ‘Café du Commerce’ croula sous les applaudissements du Tiers.Etat !

 

 

                                                                                

 

                                                                                  Raymond  MONEDI 

                                                                                    Septembre 2009

 

 

 

 
 Vous avez quelques chose à dire ?                      (haut de page ^)

Si comme nous vous avez des moments de révolte, d’approbation ou tout simplement quelque chose à dire, qui s’inscrit dans la philosophie du « Cercle P.E.P. », veuillez l’exprimer dans un petit laïus de 15 lignes maximum et nous l’adresser. Nous le publierons dans notre prochain Bulletin. 

Contactez le cercle PEP

Sommaire

Fermer la fenêtre