META PHILO MARS 2006

Fermer la fenêtre


 

 La dangereuse et suicidaire ‘montée au ciel’ des Icariens.

 L E   S Y N D R O M E   D’ I C A R E


Il est un processus infernal dans l’idéologie ultra-libérale, qui a tellement interpellé le Professeur de management canadien, Danny MILLER, qu’il en a écrit un livre intitulé: « Le Paradoxe d’Icare ».
Comment ne pas voir en effet, dans la folie ascensionnelle technico-économique de notre Société Mondiale actuelle, une surprenante analogie avec la mésaventure d’Icare :

« Ce héro malheureux de la Mythologie grecque, qui étant parvenu à s’enfuir du Labyrinthe au moyen d’ailes qu’il s’était fabriqué avec des plumes d’oiseaux collées avec de la cire, mais qui grisé par son exploit et ses ambitions décuplés par sa réussite, voulut voler plus haut, toujours plus haut, pour s’approcher du Soleil,…. jusqu’à ce que la chaleur de l’Astre royal fit fondre la cire et ce fut l’irrémédiable et vertigineuse chute dans la mer ! »

Et là, toutes ressemblances avec des situations connues, ne sont pas de simples faits du hasard, car par notre orientation vers l’Ultra-libéralisme, les « ICARIENS » sont aujourd’hui, de plus en plus nombreux. En effet, quelque soit notre niveau de responsabilité, Famille, Entreprise, ou Pays, nous pouvons tous, un jour ou l’autre,  être touchés par le « Syndrome d’Icare ».



Une Anarchie Ultra-libérale Mondiale.
Depuis l’aube des temps, jusqu’à l’avènement de l’ère industrielle, l’évolution de l’humanité s’était faite d’une manière somme toute naturelle ; Ses progrès technologiques et donc aussi économiques, s’étaient  effectués normalement, au pas le pas, c'est-à-dire à la vitesse d’assimilation moyenne des Hommes. Mais ensuite la « Machine » d’Ivan ILLICH, s’est emballée pour exploser ces dernières décennies. C’est ainsi que d’une croissance naturelle, nous sommes passés à une croissance exponentielle et artificielle !


Tout va trop loin et trop vite et les Homme ne suivent plus ; ils décrochent. On peut même dire que depuis la fin des ‘30 Glorieuses’, malgré tous les progrès et toutes les richesses réalisés, malgré la prospérité et l’abondance, les Hommes sont de moins en moins heureux. Et pour la première fois depuis longtemps, ils sont mal dans leur peau, ils se posent des questions sur leur avenir. Ils ont peur ! Nos Dirigeants, disons le G8 ou le G10, sont dépassés et plus personne ne maîtrise plus rien. Plus nos progrès se développent, plus il y a de riches mais plus il y a de pauvres aussi. Et de plus en plus nombreux sont ceux qui prévoient l’arrivée de catastrophes sociales de grandes ampleurs.



La ‘ Montée au Ciel Icarienne’.
Elle provoque et favorise  toutes les ambitions, tous les abus et toutes les exactions possibles pour parvenir au but et ce, dans tous les domaines. Que ce soit, dans l’Economique, par le dumping ; dans la Politique, par la corruption ; dans le Sport, par le dopage ; et même dans le domaine Socio-Culturel où, les rentes de situation, les diplômes et les honneurs sont bien souvent trafiqués ou achetés, nous vivons aujourd’hui l’ère des carambouilleurs et des flibustiers de grands chemins.


L’Histoire pourtant, fourmille d’exemples de ces ambitieux qui par excès d’orgueil personnel, ont connu tel ICARE, des ascensions aussi vertigineuses que leur chute ! Et pour la collectivité, ces chutes sont bien plus coûteuses qu’il n’y parait. En effet, ces orgueilleux icariens jouent gros pour ‘monter en l’air’ : gros emprunts perdus pour les banques, importantes primes et subventions perdues pour les collectivités locales et surtout les emplois perdus et la mise au chômage du personnel. Le processus de ces mésaventures étant pratiquement toujours le même, il est difficile de comprendre que l’on n’y veille pas davantage ! En effet, on remarque toujours que :

« Le Succès, génère l’Euphorie, qui pousse à l’Excès, qui lui, provoque la Chute »
D’où notre formule du  ‘Point d’Icare Critique’ :
«  S + 2 E = C  »
 

Des Responsables Irresponsables.
Il ne fait aucun doute que les raisons inéluctables des ‘ Chutes de la spirale icarienne’ se trouvent dans les phases d’Euphorie et d’Excès. Ces périodes de facilité et de faste où tout sourit, où « il n’y a qu’à », constituent de dangereux bouillons de cultures dans lesquels naissent et se développent toutes les tentations, tous les vices et tous les pires défauts du
genre humain : orgueil, égoïsme , mégalomanie, appât de l’argent facile, corruption, etc….

Toutes ces perversions, qui font qu’un Homme n’est plus digne de porter ce nom, sont l’apanage d’une grande majorité de nos décideurs, nos dirigeants et nos élites, dont la trop facile réussite a très souvent perverti les valeurs morales. Ce sont malheureusement ces « responsables irresponsables » qui dirigent la Planète aujourd’hui ett qui feignent de s’étonner du désarroi et du malaise de l’humanité, dont on perçoit depuis quelque temps déjà et dans de nombreux Pays, un mécontentement généralisé, qui pourrait se transformer en révolte.

Certainement que moins de richesses matérielles, moins de grands discours ou de belles promesses, mais, plus de modestie, et plus de richesses de cœur, donneraient plus de bonheur à tout le monde.
 

Pour un Progrès à la Mesure des Hommes.
Mais, ne nous méprenons pas, notre propos n’est pas de condamner le Progrès, comme on pourrait le croire. Nous pensons bien au contraire, que le Progrès est un don que Dieu accorde à l’Espèce humaine, afin qu’en travaillant de moins en moins, à la « Sueur » de son front, l’Homme ait de plus en plus, le temps de vivre et d’oeuvrer, à la « Lueur » de son esprit. ! C'est-à-dire, d’avoir des loisirs certes, mais aussi et surtout, d’avoir des Activités à la mesure de son évolution. Des activités dignes des Hommes d’aujourd’hui, mais qui font tellement peur aux profiteurs ultra-libéraux, qu’elles restent encore à inventer ! Quand comprendra-t-on que « Le Travail subi, asservit l’Homme, alors que l’Activité choisie, l’anoblit !


Quand comprendra-t-on que la véritable finalité du progrès, c’est de faire  le bonheur de l’humanité. Quand comprendra-t-on que le progrès est la part de ‘libre arbitre’ laissée aux Hommes pour parfaire, perfectionner et bonifier l’Espèce humaine. C’est en ce sens que l’on peut parler d’un don de Dieu et que l’on peut même penser, que le besoin de recherche permanente du progrès, doit être biologique et donc inscrit dans nos gènes. C’est ainsi que nous aurions autant besoin de progrès, que de l’air que l’on respire. Partant de cette image nous pourrions également affirmer : que si une trop brusque et trop forte pression d’air, peut étouffer un Homme, une trop brusque et trop forte pression de progrès, peut aussi étouffer l’humanité !  

Un Suicidaire Délire Compétitif Mondial.
Répétons-le, la crise que nous subissons depuis quelques décennies est générée par l’extraordinaire développement des sciences et des techniques. A chaque nouvelle invention nous gravissons, sans tenir compte des dangers encourus, un cran de plus sur la ‘spirale Icarienne’ de la planète,. Nos Dirigeants commencent bien à en prendre conscience, mais aucun Pays ne veut ralentir sa montée suicidaire. Que ce soit à Kyoto, à Rio ou ailleurs, les grandes messes du G8 ou du G10, sur la pollution et le réchauffement de la Terre, se sont toujours soldées sur des  quasi échecs venant, bien sûr, des Pays les plus industrialisés.


 Aujourd’hui, produisons, consommons et polluons à tout va, …..demain nos Enfants verront ! Parce qu’il faut bien en avoir conscience, leur futur ne sera que celui que nos progrès actuels, leur prépareront. Il faut donc éviter impérativement, qu’il y ait un décalage trop important entre le niveau des sciences et le niveau des capacités de contrôle des Hommes. Il faut en effet, que nous ayons la maîtrise parfaite des inventions que génère le progrès, sinon nous prendrions des risques énormes de provoquer la destruction totale de l’Espèce humaine !

Dans la grande Histoire de la planète Terre, nous ne serions plus, comme quelques autres anciennes civilisations victimes de la colère divine, qu’une civilisation à jamais disparue !
C’est à ceux qui dirigent le Monde, de méditer sur la mésaventure ascensionnelle d’ICARE, et de savoir jusqu’où ne pas monter, ni trop haut, ni trop vite !

 

Raymond  MONEDI
Mai 2006

      

 Vous avez quelques chose à dire ?                      (haut de page ^)

Si comme nous vous avez des moments de révolte, d’approbation ou tout simplement quelque chose à dire, qui s’inscrit dans la philosophie du « Cercle P.E.P. », veuillez l’exprimer dans un petit laïus de 15 lignes maximum et nous l’adresser. Nous le publierons dans notre prochain Bulletin. 

Contactez le cercle PEP

Fermer la fenêtre