Qui sommes nous ?

 

Raymond Monedi   (extrait du journal "Le monde")

 

Toute sa vie Raymond Monédi a tutoyé le progrès, l’innovation, les défis. Ce perpétuel bouillonnement d’idées a trouvé un débouché usiné sur mesure au sein de son entreprise Examéca. 
Autodidacte de génie, il fut inventeur des machines, déposa moult brevets, conçu des robots et même une voiturette révolutionnaire pour circuler en ville.
Il fut également producteur de prototypes dans le domaine social ; hauts salaires, intéressement, horaires souples, travail en équipes autonomes ...


Le cercle PEP 
une initiative dans la continuité de son action professionnelle
   Un homme d'entreprise, Un sociologue, Un économiste ... 


Usine Exameca Monèdi 
 

De la robotique Myonedique
à Léonard de Vinci
(Invention 1985)


Voir le Film


Robotiques, 
Automatismes 
au service de l'homme



Formation, partage du savoir 


Collaborations internationales

 


Autant de mesures considérées à l’époque de leur apparition comme des aberrations par ses collègues chefs d’entreprises. On le classait alors comme un « cas », un utopiste. Au mieux, on le qualifiait de patron philosophe et on lui prédisait la fin prochaine de son affaire. L’homme était convaincu que sa méthode de gestion était la bonne, tant pour l’entreprise que pour les hommes qui la composent.

Sa réussite professionnelle hors du commun lui a donné raison et c’est avec les mêmes outils intellectuels que Raymond Monédi réapparaît aujourd’hui.
Il suffit de rencontrer le personnage pour comprendre. Vif, enthousiaste, infatigable, à soixante-dix ans Raymond Monédi parle de la société, de l’ "humanité", de "l’esprit planétaire et universel" comme s’il en avait dix-huit. Et sa mince barbe blanche lui donne volontier des airs de philosophe lorsqu’il cite Alfred de Vigny en déclarant que « réussir sa vie, c’est de pouvoir réaliser à l’âge mûr ses rêves de jeunesse ». Fils d’immigré italien, autodidacte, il vous invite lui-même à suivre le parcours de sa vie pour comprendre le sens et les raisons de son nouveau combat.

Entré à l’âge de quatorze ans à l’école professionnelle des Usines Renault -où son père était OS il obtient son CAP d’ajusteur-outilleur quatre ans plus tard, en 1945 et reste deux ans à la Régie comme ouvrier professionnel. « Mon père nous racontait bien la dureté de condition ouvrière en entreprise, se souvient-il, mais jamais je ne l’avais imaginée aussi difficile ». La principale leçon qu’il tire de ces années ? « Profondément déçu et très surpris de la manière dont on dirigeait le personnel, je me suis fait le serment d’avoir un jour mon entreprise et de manager les hommes comme j’aurais souhaité que l’on me dirigeât moi, à vingt ans»


Mais ce n’est que dix-huit ans plus tard que Raymond Monédi aura l’occasion de « réaliser  ce rêve ». Entre temps, engagé volontaire en 1947 pour « voir du pays »- il s’installe à Pau en 1951 où il travaille pour deux entreprises locales de mécanique. C’est l’occasion pour lui de faire valoir ses talents de technicien et d’ »inventeur ». 1963 : « Enfin je réalise ma promesse, raconte-t-il. Je me mets à mon compte ».

Et c’est en réfléchissant au fil conducteur de sa propre expérience que Raymond Monédi s’est pris à espérer : la société toute entière ne pourrait-elle pas fonctionner à l’image de la réussite de sa propre vie ?

L’espoir s’est transformé en combat. Avec pour obsession l’écriture d’un livre.
Le livre de sa vie. Un livre où paraîtrait tout l’enthousiasme d’un homme à qui l’existence n’a presque rien refusé ; un livre nourri du « dynamisme convivial » d’une PMI florissante à une époque où le développement d’activité rimait encore avec création d’emplois. Appliqué à l’ensemble de la société, son modèle propose un « capitalisme à visage humain ». Et le vieux rêve des utopistes du siècle dernier renaît sous la plume d’un artisan passé à l’industrie : l’économie de marché sans les ravages du capitalisme sauvage, la libre entreprise sans l’exclusion sociale, l’initiative personnelle sans l’accumulation privée.

 

   

Mais, entre rêve et réalité, Raymond Monédi a cherché une voie rationnelle. Et « sa » solution au chômage est concrète, précise, mathématique. Partant du principe que la croissance du marché crée des emplois mais que les gains de productivité suppriment des emplois, son livre propose un « partage  du progrès ».
La méthode : laisser aux entreprises les 13 % de charges sociales qu’elles paient au titre du chômage sous réserve qu’elles s’engagent à utiliser intégralement cette somme pour embaucher des chômeurs.
Résultat : « Sans que cela ne coûte rien à personne, la solution des « dix pour cent » permettra d’embaucher 10 % de personnes supplémentaires et de réduire de 10 % les horaires » explique Raymond Monédi.

Tout en précisant qu’il attend toujours la réponse des pouvoirs publics à sa proposition : la réalisation d’un test de faisabilité auprès de six entreprises locales…

 

   

 Un chef d'entreprise exemplaire (extrait du journal Sud Ouest) 

   


« Dans la vie, il y a deux sortes d’hommes, ceux qui comptent et ceux qui entraînent et si les premiers ont quelque gloire, c’est toujours aux seconds que sourit la victoire ». En citant le maréchal Lyautey, Raymond Monédi s’est assuré un franc succès hier soir, dans un salon de la villa Sainte-Hélène, emplis de chefs d’entreprises et de responsables socio-économiques. L’ancien patron de l’entreprise Examéca-Monédi exprimait ainsi la philosophie qu’il a appliqué tout au long d’une carrière si exemplaire qu’elle lui a valu d’être nommé chevalier de la Légion d’honneur au titre de la promotion du travail.

« C’est formidable », s’exclamait hier soir ce récipiendaire heureux, avec un naturel et une sincérité qui ne surprit personne. Le « personnage Monédi », dont la vie professionnelle fut retracée par M. Michel Desmet, préfet des Pyrénées-Atlantiques, sort effectivement des cadres conventionnels. Fils d’un émigré italien ouvrier chez Renault, cet homme qui fut lui-même salarié de la Régie, dit aujourd’hui qu’il a eu la chance « d’être né pauvre et d’avoir connu tout jeune ce qu’était le partage et ce qu’était la vie en usine ». Un discours que l’on n’a plus coutume d’entendre aujourd’hui entre les cotations en bourse et la déprime des golden-boys.*

ETRE FORT POUR SERVIR
Raymond Monédi, lui, a toujours misé « sur les hommes, sur l’innovation et sur le mental ». Trois éléments qu’il n’a eu de cesse de favoriser jusqu’à l’âge de la retraite. L’ajusteur-outilleur qui a si brillamment réussi à la tête d’une entreprise –laquelle emploie aujourd’hui soixante-quinze personnes- a même fini sa carrière en parfaite adéquation avec son crédo : sa société est devenue propriété de ses salariés.
Aujourd’hui, à travers l’ASDIPPE (Association pour le développement de l’initiative personnelle et de la performance des entreprises), l’homme qui a toujours prôné « l’enthousiasme, la volonté, l’opiniâtreté et l’altruisme », propage toujours le même slogan : « Etre fort pour servir ».
Un message que l’on retrouvera encore dans le livre que le nouveau chevalier de la Légion d’honneur compte publier prochainement.

   

  Un homme d'action ! 

   


Avec le Cercle PEP nous souhaitons lancer un vaste espace de discussions et de rencontres. Notre but est d'inciter ceux qui nous gouverne à prendre conscience qu'il existe des méthodes et des solutions pour partager équitablement les progrès de notre civilisation. 
Notre objectif est de créer un groupe de concertation  qui saura par son nombre et ses initiatives influencer nos dirigeants afin de réduire les charges des entreprises, diminuer le chômage, faciliter l'insertion des jeunes, aménager la loi Aubry ...
Nous voyons tous aujourd'hui l'impact des inégalités,  les désordres sociaux qui se présentent à l'horizon des 35 heures, les conséquences d'une mauvaise utilisation des richesses générées par la croissance  

                                                                                                                               
  Il est temps d'agir ! 



     

 Sommaire     Travail     Richesses     Savoir     Société     Plan du site                    
  Cercle PEP   Contact général     Liste des contacts     News    Cogitodrome    
Documenthèque     Liens 

Cercle PEP 

Références

 Nos références 

-V9-1- 3/04/02
webmaster