Richesses et Revenus  

 

  Inventons le Capitalisme Participatif

 

 

Il y a une cinquantaine d’années, le célèbre économiste John Keynes prédisait : « ..A l’avenir, le problème primordial des sociétés modernes ne sera pas la pénurie, mais plutôt l’abondance ! Si alors l’humanité n’est pas capable d’une importante mutation culturelle pour gérer cette abondance , le Monde entrera dans une dépression générale profonde ! »

Et bien nous y sommes ! C’est même plus que l’abondance, c’est Byzance! A présent en effet, nous produisons trois fois plus de richesses qu’à l’époque, avec des horaires de travail nettement plus réduits et des millions « d’Inactifs-Chômeurs » que l’on paie à ne rien faire, parce que l’on n’en a plus du tout besoin !


Trop d’incompétence, nuit !
C’est bien, comme l’avait pressenti J. K., la trop grande richesse des Nations industrialisées qui pose problème. Mais chez nous, afin de masquer leur incompétence à gérer l’abondance, nos dirigeants ont inventé une ‘crise économique-alibi’ qui crée un climat de désespérance, de déréliction et de peur sociale généralisée

A qui peut-on faire croire que la France, quatrième puissance mondiale qui, malgré six millions de chômeurs et d’exclus, accroît régulièrement son P.N.B. est en crise ? A qui veut-on aussi faire croire que l’un des premiers exportateurs de la planète est en crise ?  A qui veut-on encore faire croire que notre Pays, l’une des premières Nations du Monde dans les domaines de la haute technologie, de l’innovation, du spatial, du médical et du nucléaire est aujourd’hui en crise ? Pourquoi pas en ‘faillite’ tant que nous y sommes !

 

Trop de bénéfices sont mal partagés. Non, il est impossible d’admettre qu’un Pays où les entreprises déclarent des milliards et des milliards de bénéfices, soit en crise ! Un tel fiasco ne peut provenir que de monstrueuses et inhumaines erreurs de gestion économique! Répétons encore J. Keynes : car  nous avons là, la preuve flagrante que ceux qui dirigent le Monde en général et la France en particulier, sont aussi incapables de gérer l’abondance d’aujourd’hui, qu’ils ne l’étaient pour gérer la pénurie d’hier ! Quelle honte !

Pourtant, nous sentons tous qu’à notre époque le problème n’est plus d’accroître toujours plus nos richesses, mais de mieux les répartir ! Certes pas à la sauce ‘égalitaire’ comme certains le souhaiteraient, mais par un « Partage Equitable des Richesses » produites, entre les parties prenantes des entreprises.


Gérer nos richesses plus intelligemment.
L’Entreprise, comme ‘moyen de production’ de richesses, a besoin pour fonctionner de deux éléments fondamentaux : des Hommes et de l’Argent. Tant il est vrai que les Hommes ont besoin de l’Argent pour travailler et que l’Argent lui, a besoin du travail des Hommes pour être valorisé ! L’un avec l’autre créent des richesses, l’un sans l’autre n’est que néant ! Alors, rien de plus logique à ce que l’un et l’autre aient leur juste part de richesses. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, où seuls les actionnaires, les apporteurs d’Argent, raflent tous les bénéfices ! Ces actionnaires pour qui, rappelons-le, sans la valorisation de leur Argent par les ‘Travailleurs’, ne gagneraient strictement rien !

Comment fonctionnerait le ‘Capitalisme Participatif’

 I-)  REMUNERATIONS  DE BASE  DES  2  PARTIES PRENANTES

a)  Les Hommes. Auront leur ‘Travail’ rémunéré ‘normalement’, sur les mêmes bases  qu’aujourd’hui, mais avec une grille de salaires allant du manœuvre au P.D.G. . C'est-à-dire, du SMIC pour le minimum, au SMAC, pour le ‘Salaire Maximum Autorisé aux Champions’.
b)   L’Argent.
Les Actionnaires auront, pour une première fois, leur ‘Argent’ rémunéré  ‘normalement’, selon un taux de base fixé annuellement sur le plan National.

Par ces rémunérations de base, ‘normales’, chaque partie ayant touché son dû en fonction de son travail ou de son argent placé, il s’agira, après avoir pris en compte les postes : amortissements et les investissements, de dégager le véritable ‘Bénéfice Social Résultant’, le B.S.R.

   I I-)  REPARTITION DU  « BENEFICE  SOCIAL  RESULTANT »

Pour rester logique, un partage 50/50 du B.S.R. entre Salariés et Actionnaires serait l’idéal. Et ensuite pour être tout aussi logique, les répartitions pourraient se faire selon la grille hiérarchique pour les Salariés et selon les montants de leurs apports pour les Actionnaires.


Nota important :
Par ces dispositions nouvelles, tant les Salariés que les Actionnaires toucheront,  une 2 ème rémunération, qui aura le grand avantage d’accroître pour chacun d’eux, leurs revenus et donc leur Pouvoir d’Achat, et ce, sans accroître la Masse Salariale de l’entreprise ! Ni les prix à la consommation !

Cette proposition n’est qu’une idée de principe, il est évident que d’éminents économistes, seront plus à même de la peaufiner en vue d’une mise en application sur le terrain. Ce qui est certain c’est qu’avec de telles dispositions, le capitalisme serait un peu plus pondéré et humanisé, les spéculations boursières joueraient moins au yoyo et la consommation sacrément relancée !

Raymond  MONEDI
Février 2 005

 

 

 

 

 

   

Page suivante

     

 Sommaire     Travail     Richesses     Savoir     Société     Plan du site                    
  Cercle PEP   Contact général     Liste des contacts     News    Cogitodrome    
Documenthèque     Liens 

Cercle PEP 

Références

 Nos références 

-V9-1- 3/04/02
webmaster