Richesses et Revenus  

 

  Réforme fiscale et Salariale

 

 

Et si la solution était…..d’enrichir les pauvres !

HARO  sur  les  BAS–SALAIRES

Quelle Honte !
Alors que les riches ne se sont jamais autant enrichis. Alors que les banques annoncent des profits faramineux ! Alors que les entreprises déclarent des bénéfices historiques et distribuent à leurs actionnaires des taux de dividendes à deux chiffres, nos dirigeants parlent toujours de licenciements, de modération salariale et de baisse des ‘Bas-Salaires’, afin de gagner encore plus en compétitivité ! Paraphrasant La Fontaine on pourrait dire : « Haro sur le SMIC (puisqu’il faut l’appeler par son nom), trop élevé et onéreux, il est la cause de tous nos maux »
Comme si  les ‘Hauts-Salaires’ eux, n’entraient pas dans le calcul des prix de revient des entreprises ! Il est honteux qu’aujourd’hui, il y ait quelques milliers de personnes dont les rémunérations atteignent les sommets de l’Himalaya, alors que des Millions de prolétaires, ouvriers, employés, mais aussi, artisans, petits commerçants, agriculteurs, etc… ont des revenus qui n’arrivent même pas, au niveau de la Mer Morte !
En France nous avons déjà 15 % de la population active, 3 Millions de paumés de la Société, qui travaillent, en dessous du seuil de précarité, pour que d’autres s’enrichissent toujours plus ! Comme l’Amérique et ses ‘working-poors’, nous avons nous aussi nos ‘Salariés De Misère’ ! Nos ‘S.D.M.’ qui, si l’on n’y veille pas, risquent vite de glisser en S.D.F.

 


Attention Danger!
Cette disparité excessive des revenus, due à un ‘libéralisme sauvage’ qui génère une Mondialisation elle aussi sauvage, est à présent de plus en plus mal acceptée. Le monde du travail, tant dans le public que le privé, grogne ! Toutes les grèves à répétition que nous subissons depuis quelques mois en sont la preuve ! Il fut des temps où de tels mouvements faisaient sauter les Gouvernements. Le danger est latent et nous devons rapidement combler le fossé qui sépare les riches et les pauvres, si nous ne voulons pas provoquer une méga-révolte des ‘gagne-petits’ ! Et pour éviter une telle explosion, qui est plus proche qu’on ne le croit, il nous faut impérativement réduire notre scandaleuse fracture sociale, et l’on aura beau tourner et retourner, la seule et unique solution d’y parvenir c’est, «  d’enrichir les pauvres » ! 

Cette injonction surprenante est tout simplement une question de justice sociale et aussi de réalité économique ! Parce qu’en effet, rien de plus logique que d’augmenter de façon significative le ‘pouvoir d’achat’ des consommateurs des classes populaires. Car il est évident que dans l’immense marché des besoins courants et des biens d’équipements, les nantis qui ont presque tout, n’achètent quasiment plus rien, alors que les pauvres, qui eux n’ont pratiquement rien, achèteraient presque de tout !  Ce serait la meilleure solution pour assurer le développement équitable et durable de notre économie. Qu’on le veuille ou non, ce n’est pas en réduisant le casse croûte des travailleurs que l’on vendra davantage de pain et plus de beurre !

Oui, bien sûr, mais qui va payer ? Mais personne  puisque c’est déjà payé par une partie des impôts et des ‘Charges Sociales’ que versent tous les assujettis. Il suffit donc, d’utiliser plus intelligemment les sommes en jeu, pour valoriser les ‘bas-salaires’ sans que cela ne coûte un sou de plus à personne, ni aux salariés, et, ni aux entreprises. Le but de cette réforme Salariale et Fiscale, sera de parvenir, dés le départ, à une répartition plus juste des revenus, afin de ne pas avoir à faire des ré-ajustements par la suite. Il faut comprendre que le système de  Re-Distribution Sociale’, à posteriori que nous pratiquons est aberrant, inopérant et dégradant. Il encourage la fraude des malhonnêtes et détruit la dignité des gens honnêtes.
Dans les « jeux de Société », il n’y a ‘re-distribution’ des cartes, que lorsqu’il y a eu une mauvaise ‘Distribution’ au départ. Alors en avoir fait une règle fondamentale de notre Société civile est totalement absurde ! Il est quand même plus logique de bien distribuer Avant, pour ne pas avoir à y revenir Après !

Oui, bien sûr, mais quelle solution ? Le principe est simple en soi : Il suffit de compenser les réductions faites sur les ‘hautes rémunérations’, par des réductions d’impôts correspondantes !
C’est pour cela que toute l’astuce du « Système P.E.R. » que nous préconisons, réside essentiellement dans la comparaison des montants des revenus, APRES IMPOT ! Parce que dans la réalité ce qui compte, ce n’est pas le salaire mentionné sur la feuille de paye et déclaré au fisc, mais seulement ce qu’il en reste, après avoir payé l’impôt.

 

Pour être plus clair, prenons un exemple chiffré (1) :

Supposons, par exemple, que dans une entreprise on décide de majorer les ‘bas-salaires’ de 20 %, et parallèlement de réduire les autres rémunérations de façon à ce que la masse salariale reste la même. Prenons également pour exemple, le cas d’un Cadre supérieur dont le revenu perçu et déclaré est de : 100 points et dont le taux d’imposition est de : 40 %, et comparons :

A) LE SYSTEME ACTUEL. 
               
Son revenu réel net, après Impôt, sera de :.100 - 40%           =  60 points


B) LE SYSTEME PER (Partage Equitable des Revenus).
Supposons que le même revenu de base de ; 100 points soit réduit au départ de  20 %, pour permettre  d’augmenter les ‘bas salaires’, et qu’en compensation, le taux d’imposition soit ramené de  40  à  25 %, nous aurions :

           
Le revenu perçu et déclaré sur la feuille de paye, sera de :100 – 20 % = 80 points
            Le revenu disponible, après impôt sera de :..80 – (80 x 25 %)  =  60 points

Comme on le voit, nous avons bien le même revenu disponible qu’auparavant, tout en ayant augmenté les bas-salaires de 20 %, sans que cela ne coûte rien à personne. Ni à l’Etat d’ailleurs car d’une part, la baisse des impôt collectés sur les hautes rémunérations sera compensée par la forte augmentation du nombre des contribuables assujettis à l’impôt. Et d’autre part, en raison de la hausse importante du ‘pouvoir d’achat’, les Services Publics auront beaucoup moins de ‘Re-Distributions’ à effectuer, et donc aussi moins de fonctionnaires à rétribuer !
Précisons que nous économiserions également les lourds frais des interventions de l’Etat qui, doit collecter, plus, en taxes et en impôts, pour ‘re-distribuer’ bien moins, en actions sociales !

C'est à dire exactement, le même revenu disponible qu' auparavant  ! ! !  C.Q.F.D.


Votre  opinion !
J’ai bien conscience que le  « Système P.E.R. »  que je présente ici, va paraître à certains une utopie parfaitement irréalisable ! Mais je pense que si déjà, ces nouvelles dispositions poussaient à la réflexion et faisaient prendre conscience de l’impérative nécessité de réformer en profondeur notre système Salarial et Fiscal, l’objectif visé serait atteint . 

           
- Ce système est-il digne d’intérêt, et peut-il être applicable,  après adaptations bien sûr ?
            - Ou bien ce système est-il tout simplement une vue de l’esprit, totalement inapplicable !

 

 

 

Donnez nous votre avis sur cette idée 

   

(1) Précisons que dans cet exemple seul le principe du ‘Système P.E.R.’ est à retenir. Il est évident qu’en cas d’étude, tous ces chiffres ( taux, tranches, déciles, etc…) seraient à redéfinir par des Experts économique

Page suivante

     

 Sommaire     Travail     Richesses     Savoir     Société     Plan du site                    
  Cercle PEP   Contact général     Liste des contacts     News    Cogitodrome    
Documenthèque     Liens 

Cercle PEP 

Références

 Nos références 

-V9-1- 3/04/02
webmaster