La société et les hommes   

 

  Le Convivialisme

 

 

 

 Rien ne va plus !

Rien ne va plus ! Ni en France ni dans le Monde ! Alors que par toutes les richesses que nous avons créé, nous pourrions vivre l'Age d'Or de l'Humanité, nous ne voyons qu'injustices, misère, famine, guerres, chômage, etc. Sans même nous en rendre compte, nous traversons actuellement une dangereuse crise de Société où tout peut basculer ! Il suffirait en effet de peu de chose . pour que tous les paumés de la Terre, ne se révoltent. Il est donc urgent d'instaurer sur la Planète, un nouvel Art de Vivre plus juste et plus équitable, avant  que ne survienne le grand chaos prévu par Ivan Illich dans son livre : "La Convivialité"
En conséquence, ce  Bulletin P.E.P." sera consacré en totalité à cette importante réflexion

Le  CONVIVIALISME  c'est :

 

 
 VIVRE et TRAVAILLER à la * LUEUR * de son FRONT* 

Suite à l'anathème lancé à Adam lorsqu'il fut chassé de l'Eden : "Tu gagneras ton pain à la ' sueur' de ton front ", les Hommes ont travaillé. Ils ont même beaucoup travaillé. Trop peut-être, car depuis quelques temps déjà, du Travail il y en a de moins en moins. Des machines de plus en plus sophistiquées travaillent pour lui ! C'est ainsi qu'aujourd'hui, les Hommes peuvent travailler, moins longtemps, moins dur, et produire beaucoup plus et mieux. Malheureusement, les gouvernants des Pays industrialisés n'ont pas compris le sens de cette évolution bénéfique pour l'Humanité. 
C'est la raison pour laquelle, les politiques, le Patronat et les businessmans, tous ces 'suceurs de sueur ' qui ne jurent que par le Travail qui les enrichit , ne parlent que d'entreprises, de profits, de croissance et de productivité. Ils continuent de ne conjuguer que le verbe 'Avoir', alors que le monde salarié veut de plus en plus conjuguer le verbe 'Etre'. A présent que par tous nos progrès techniques, les navettes d'Aristote marchent toutes seules, pourquoi l'humanité connaîtrait-elle encore l'esclavage ? Pourquoi ne profiterait-elle pas de tous ces progrès pour travailler et vivre, d'une façon plus intelligente, plus sereine et donc, plus 'conviviale' ! 

Malheureusement, par les ambitions de plus en plus insatiables d'une minorité de suceurs de richesses, au lieu d'entrer dans l'ère 'Post-Industrielle', l'ère du Bonheur, nous pataugeons toujours dans une affreuse mélasse 'Hyper-Industrielle' qui fait le malheur de l'Humanité !


Le Travail n'est plus un Mythe
Le travail aujourd'hui n'est plus la panacée qui, les siècles passés, tout en permettant aux Hommes de gagner leur pain était bien souvent aussi leur raison d'être et l'accomplissement de toute une vie. Il fut des temps en effet, où l'Homme mettait toutes ses facultés, son amour et sa fierté dans le travail qu'il réalisait et le valorisait. Mais à présent une telle image paraît excessive. La Taylorisation et l'automatisation, en générant le travail en miettes ont déstructuré ses valeurs morales et son concept même. De plus, nos immenses progrès technologiques réduisent chaque jour davantage, le travail à sa portion congrue.

Et c'est tant mieux ! Car autrement, à quoi auraient bien pu servir les immenses efforts et les douloureux sacrifices réalisés par nos aïeux depuis l'aube des temps ? A quoi auraient servi les durs combats menés par de millions d'Hommes et de Femmes pour améliorer la condition ouvrière ? A quoi auraient servi toutes les recherches et les inventions de tous les techniciens et  ingénieurs du Monde, pour faciliter et rendre moins pénible la tâche des Travailleurs, si nous devions encore à présent, travailler 40 Heures par semaine ? Sinon plus, comme le voudraient tous les 'profiteurs de sueur'. Qu'ils le veuillent ou non, la réduction progressive du temps de travail en fonction des progrès technologiques est inscrite dans l'évolution de l'Humanité! 

Et lorsque dans deux ou trois décennies, le Travail sera réduit à quelques 25 H. par semaine, il ne sera considéré que comme un "Devoir Civique", que chaque Citoyen valide devra effectuer, comme un dû, envers la Collectivité dans laquelle il vit ! Les Hommes alors, s'éclateront dans la Société où ils trouveront toutes les activités qu'ils désireront pour obtenir des réponses à leurs besoins d'Etre et d'épanouissement de leur personnalité. Ce sera le temps de la 'convivialité'', le temps de la symbiose harmonieuse du Travail et de la Vie, du matériel et de l'immatériel.

Le "Dynamisme  Convivial"
Il y a trente ans déjà, le sociologue Ivan Illich cité en exergue, a été l'un des premiers à opposer la 'convivialité' à la productivité industrielle. Citons sa définition : " J'appelle ' Société conviviale' une Société où la machine est au service de la personne intégrée à la collectivité et non au service d'un corps de spécialistes."  Aujourd'hui nous dirions, d'affairistes !

Toutefois n'ayons pas la même crainte que lui pour ce qu'il appelle la méga-machine, car le progrès technique peut tout aussi bien asservir l'Homme, que le libérer. En effet, par une gestion plus intelligente cette méga-machine peut convivialiser la vie en entreprise, mais aussi la vie sociétale, en nous donnant plus de temps libre pour nous occuper de notre épanouissement individuel et collectif. Malheureusement, aujourd'hui encore, dés que l'on parle de temps disponible, on pense repos, loisirs, sinon fainéantise. Ce jugement est faux, car moins fatigués par le travail, et plus motivés par des actions choisies, les gens d'à présent recherchent de plus en plus des "loisirs actifs ": participations bénévoles à des Associations, développement culturel, pratique du sport, remises en état de sites, encadrement des jeunes,  etc… Demain, dans la Société convivialisée, lorsque l'on parlera de ses activités, il faudra donc distinguer 'Activités de Travail, Rémunérées' (ATR)  et 'Activités Choisies, Bénévoles' (ACB). Et c'est de toutes ces actions gratuites et librement consenties, qu'elles soient destinées au développement personnel ou destinées à bonifier la Collectivité, qu'émergera une volonté nouvelle de bien faire : le "Dynamisme Convivial". Un dynamisme nouveau qui enrichira autant les Hommes que les Entreprises et la Société.

Convivialiser la Société. 
Jusqu'à présent, les sciences humaines n'ont pas évolué aussi vite que les sciences techniques. Il serait peut-être temps de freiner quelque peu ces dernières pour accélérer les premières. Car c'est bien de cela qu'il s'agit. Emporté par une absurde fuite en avant technologique, aspiré par une aberrante spirale économique, en un mot aveuglé par l'emprise du matérialisme, l'Homme n'a plus le temps de réfléchir à ce qu'il fait ni de voir où il va. Qu'on le veuille ou non, il nous faut tous œuvrer à l'avènement du convivialisme avant qu'il ne soit trop tard. Avant le grand chaos dont parle Illich. Il nous faut, pour répondre à l'intégralité des besoins humains, nous inspirer de la fameuse trilogie de Platon : le matériel, l'intellectuel et le spirituel . Car seule la symbiose de ces trois concepts peut faire le bonheur de l'humanité. Et seule une Société convivialiste pourra satisfaire les besoins immatériels nouveaux, qui n'apparaissent qu'à un certain niveau de civilisation. Niveau déjà atteint par les Pays occidentaux.

Car aujourd'hui le besoin d'Avoir de certains, étouffe de plus en plus, le besoin d'Etre de tous les autres ! Les remèdes existent mais il faut bien sûr qu'ils soient acceptés de tous. Sans entrer dans les détails mais pour être concret, disons que leur dénominateur commun est de "Réduire la pression et la vitesse". Réduire la pression excessive que ceux qui gagnent, mettent sur ceux qui travaillent ! Aller toujours plus vite, plus haut, plus loin, ..mais pourquoi ? Et pour qui ? Nous devons donc inventer un nouvel art de vivre et de travailler, pour que la Société retrouve sa sérénité et que les gens prennent le temps de vivre. Et contrairement à ce que l'on peut penser, la rentabilité des Entreprises n'en sera pas trop affectée, car même si l'on y travaille moins longtemps, un matériel plus performant, mais aussi et surtout une motivation bien plus forte des Salariés, feront que la production sera sensiblement la même.

Convivialiser l'Entreprise
A notre époque, le nouveau management commence enfin à placer l'Homme au centre de l'Entreprise. Le Pape lui-même dans son encyclique de 1981, a confirmé cette orientation en disant : "Le travail est pour l'Homme et non pas l'Homme pour le travail. L'Homme est le sujet du travail, mais pas l'objet. ". C'est ainsi qu'à présent, toutes les Entreprises, petites ou grandes, qui ne s'adapteront pas à cette nouvelle philosophie de management de leurs personnels, seront condamnées à terme. Celles qui n'auront pas voulu investir dans l'immatériel : la formation, la motivation et la créativité des Hommes, auront de grandes difficultés pour atteindre leur seuil de rentabilité et surtout pour le conserver. 
La plus grande découverte faite dans le domaine des ressources humaines a été de voir, que rendre les gens heureux au travail, augmentait les performances des Entreprises. La force des Entreprises convivialistes sera d'optimiser et de valoriser au mieux les gisements de matière grise émanant de leurs personnels, générateur de performance, d'initiatives et de compétitivité. A cette fin, les nouveaux managers devront oublier quelque peu la rationalité de Descartes et penser un peu plus à la trilogie de Platon. Les Californiens, ont une belle formule pour imager les trois ingrédients nécessaires à toute réussite : " Huile de coude, jus de crâne et eau bénite."

Mais c'est sur le plan des rémunérations, que toute Institution convivialiste employant des salariés, devra être exemplaire ! Car c'est toujours de l'argent, que partent toutes les injustices, les mécontentements et les conflits sociaux du monde du travail. La mise en place du "Management Participatif Intégral", permettra le Partage Equitable des Profits, entre les Entreprises et les Salariés. Tiens, voilà la vieille antienne "Capital-Travail" qui revient diront certains! NON ! C'est bien plus que cela ! Le convivialisme c'est, répétons-le encore, l'association du "Travail, de l'Intellect et de l'Esprit"! Angélisme? Utopies ? Aujourd'hui, oui, mais demain ? Pour les Adultes, oui, mais pas pour les Jeunes, ni les Anciens!

Aux Jeunes et aux Anciens  d'ouvrir le chemin.
Il faut en effet se rendre à l'évidence, des changements aussi profonds de notre façon de vivre, ne peuvent pas passer par les Adultes ! Ils sont bien trop conditionnés, englués et aussi anesthésiés par le " Système " pour réagir. Leur horizon de vie, métro-boulot-dodo, plus l'auto, plus la vidéo, leur sert de credo ! Sans compter la famille, les traites à payer, la sexualité et le troisième gosse imposé. Prisonniers malgré eux du ' Système ' dans lequel ils se sont laissés enfermer, les Adultes aujourd'hui sont incapables de gérer convenablement la France, ils sont infoutus de faire l'Europe, alors vous pensez,...pour refaire le Monde !

Devant cette incapacité notoire des 'Adultes-Conso', devenus 'les Zombies du Marché', nous devons faire appel aux Jeunes qui, n'étant pas encore entrés dans  le ' Système ', ne sont pas conditionnés et aux Anciens qui eux, en sont sortis et qui bien souvent ont des idées à proposer. A cette fin, nous pourrions créer des "Groupes de Réflexions" qui en associant le dynamisme des Jeunes et l'expérience des Anciens, devraient efficacement préparer l'arrivée du convivialisme. Leur tâche serait largement facilitée par l'ouverture des Jeunes à des valeurs morales aujourd'hui quasiment disparues chez les Adultes : équité, altruisme, solidarité, tolérance,… toutes ces vertus cardinales, qui sont la base même de la Société convivialiste. Ajoutons à cela leur anticonformisme qui les aidera à modifier ou à supprimer des Lois devenues obsolètes. Ils ont déjà des points de vue très différents sur les 'lois du travail' et sur les 'lois du marché'. Non pas, que les Jeunes ne veulent pas travailler comme on le croit communément, mais convivialistes avant l'heure, ils veulent "travailler pour vivre et non pas vivre pour travailler "! Pour eux "le travail est un moyen et non une fin". On peut imaginer le chemin qui reste à parcourir pour arriver au convivialisme et entrer dans l'ère Post-Industrielle. Une transformation aussi importante de notre art de vivre et de notre volonté d'Etre, ne peut réussir que si l'on commence très tôt à inculquer à la jeunesse de nouvelles valeurs et une nouvelle éthique de vie. C'est pour cette raison que l'apprentissage du convivialisme, c'est à dire du bonheur, devrait commencer dés l'école maternelle.

En guise de conclusion, disons que la philosophie d'Ivan Illich sur la convivialité, rejoint beaucoup plus qu'il n'y paraît, celle de J.Jacques Rousseau sur l'inégalité des Hommes. Inégalités qui pour lui, naissent dés que les Hommes commencent à travailler et à commercer entre eux. Et 250 ans après nous en sommes toujours là ! Le " Convivialisme ", philosophie dont les règles sont encore à inventer, pourrait avoir pour devise,  celle que nous avions cité pour la première fois en 1985, à l'Université de PAU : 

 " Vivre et Travailler à la *Lueur* de son Front "

  Raymond  MONEDI  (Juin  2 003)

 


 

 

 

 

Oeuvrer pour de grandes réformes dans le domaine de la Société 
est aussi un des rôles que s’est fixé le  « Cercle P. E. P. »

   

Page suivante

     

 Sommaire     Travail     Richesses     Savoir     Société     Plan du site                    
  Cercle PEP   Contact général     Liste des contacts     News    Cogitodrome    
Documenthèque     Liens 

Cercle PEP 

Références

 Nos références 

-V9-1- 3/04/02
webmaster