Le Travail et L'emploi  

  Le Binôme professionnel                                    

 

 

L'éducation nationale prépare mal les jeunes à la vie active


Depuis le début de la crise, la jeunesse paie un lourd tribut à la Société matérialiste et de consommation dans laquelle nous vivons, pour une multitude de raisons dont nous, adultes, sommes responsables : Formation insuffisante, inadéquation entre les formations dispensées et les besoins réels des entreprises, manque d'expérience ou tout simplement manque de travail. Aujourd'hui, près de la moitié des chômeurs sont des jeunes de moins de vingt-huit ans.


    
   

 

   

  et de plus, les Entreprises refusent les JEUNES et rejettent les ANCIENS
  Quel gâchis !

   



Une autre cause aux difficultés d'insertion de la jeunesse provient des entreprises elles-mêmes. En même temps qu'elles licencient des employés anciens, par conséquent expérimentés, elles refusent d'embaucher des jeunes sous le prétexte qu'ils n'ont pas d'expérience. Et quand on sait qu'il est pratiquement impossible à des salariés de quarante-cinq, cinquante ans mis sur la touche de retrouver un emploi, on peut se demander s'il y a réellement un pilote dans l'avion socio-économique mais aussi culturel français. Il faut donc vite arrêter ce gâchis, car en effet, que remarque-t-on dans les entreprises aujourd'hui ?

  • Le refus d'embaucher des jeunes, soit parce qu'ils n'ont pas d'expérience pratique dans le métier qu'ils ont appris, soit parce qu'ils ne sont pas parfaitement adaptés à l'emploi proposé, ou parce qu'ils n'ont pas de formation du tout.

  • Le refus de conserver du personnel âgé, soit parce que ces personnes ne sont plus assez performantes pour tenir leur poste soit parce qu'elles ont des difficultés à s'adapter aux technologies nouvelles.

Quel gaspillage aberrant de compétences et d'expériences ! 

Les Binômes professionnels c'est l'apprentissage moderne

 

   

C'est le passage du flambeau entre un ANCIEN qui s'en va et un JEUNE qui arrive

   



C'est de ce constat négatif et aberrant qu'est né l'idée des «Binômes-Professionnels» dont le principe est d'associer en entreprise de nombreux jeunes aux métiers non affirmés et manquant totalement d'expérience pratique, avec de bons professionnels qui, ayant été licenciés, ont emporté avec eux une longue expérience et des connaissances pratiques à présent perdues pour tout le monde. Pour les jeunes aujourd'hui, c'est la quadrature du cercle : on ne veut pas les embaucher parce qu'ils n'ont pas d'expérience, alors qu'ils ne peuvent acquérir celle-ci que si on les embauche. Et c'est pour remédier à ces énormes absurdités que les entreprises, pour chaque poste qu'elles auront à pourvoir, embaucheront des «Binômes-Professionnels» constitués, comme l'indique le nom, de deux personnes :

Un chômeur ancien
ayant les compétences et l'expérience du métier concernant le poste à pourvoir.
Un jeune chômeur
désirant acquérir la pratique et l'expérience de ce métier et obtenir ainsi sa première insertion en entreprise.

Par le principe original des binômes-professionnels nous pourrions avoir, au-delà de la formule connue du maître et de l'apprenti, une orientation vers une nouvelle forme d'apprentissage. Nous pourrions aboutir à des binômes «maître et disciple» qui, par leur légère connotation spirituelle, pourraient préfigurer le «compagnonnage des temps modernes».



   

Cette formation directe va favoriser "L'OSMOSE DES MÉTIERS"

   


Avec «l'apprentissage à la française» fondé sur le principe du tutorat personnalisé des binômes professionnels, ces problèmes n'existeront plus. A chaque fois qu'une entreprise aura un poste de travail à pourvoir, elle embauchera un «Binôme» dont les deux personnes auront la charge d'assurer à la fois la production du poste de travail et la formation du débutant, ceci grâce à un esprit d'équipe responsabilisant et motivant.
Signalons également un autre avantage intéressant offert par les binômes : il s'agit du «brassage des métiers». Citons simplement, à titre d'exemple, l'association d'un ancien dont le métier est ajusteur-mécanicien, avec un jeune dont la formation est électronicien. Il y a de fortes chances que cette osmose professionnelle aboutisse à des résultats innovants et bénéfiques pour tout le monde.

   

La solution idéale aux deux gros problèmes de l'emploi

   

LES ANCIENS

sont payés par les 13 % des charges économisées
(Potentiel théorique : 1.000.000 d'emplois)

LES JEUNES

sont payés selon les formules actuelles (contrats)
(Par le principe des "Binômes" on pourrait doubler ce potentiel)

 

La formation intégrée par les Binômes

Les jeunes aux intellects "pratiques" perdent leur temps sur les bancs de l'école, d'où une situation d'échec préjudiciable pour leur avenir . Il faut comprendre que beaucoup de jeunes en ont "ras le bol" de l'école. Même les formations en alternance les perturbent .
ALORS
... pendant 2 ou 3 ans, ne leur parlons plus de théorie et lorsque avec une bonne formation "sur le tas" ils auront acquis un bon métier et un bon salaire,
d'eux-mêmes, ils reviendront aux études
La formation continue doit aussi servir à cela.

   
La formation intégrée en entreprise : C'est
La "formation action" intégrée
Individualiser la formation par les Binômes
La formation par l'expérience vécue
L'enseignement pratique dans l'entreprise
Une réponse aux évolutions rapides des métiers
Une forme moderne de compagnonnage
"L'Apprentissage à la Française"
Le remède à l'oisiveté et à la délinquance
Un rôle nouveau pour l'ANPE qui aura pour objet de s'en occuper.
   
La sortie des binômes professionnels

Le temps de fonctionnement d'un binôme peut-être évalué à deux ou trois ans, au terme duquel se posera le problème de la séparation de ses deux membres constituants. L'entreprise qui au départ aura embauché deux personnes pour un seul poste aura bien entendu la priorité du choix. Mais quel que soit celui-ci, conserver l'ancien ou le jeune, ce qui est certain c'est que les deux hommes sortiront chacun du binôme beaucoup mieux armés qu'en y entrant :

Le jeune
aura acquis un métier et une première expérience en entreprise mais également une personnalité plus affirmée et surtout mieux dans les normes sociétales. Ce qui, à l'avenir, la R.T.T. aidant, sera une garantie d'emploi quasi assurée dans les mois qui suivront.

L'ancien
, qui aura acquis de bonnes qualités pédagogiques pourra, selon son âge, continuer de former des jeunes en prenant à nouveau la maîtrise d'un binôme, ou bien partir à la retraite. Une retraite bien méritée et auréolée d'avoir pu, avant de quitter la vie active, passer le flambeau à un jeune.

   

 

   

Page suivante

     

 Sommaire     Travail     Richesses     Savoir     Société     Plan du site                    
  Cercle PEP   Contact général     Liste des contacts     News    Cogitodrome    
Documenthèque     Liens 

Cercle PEP 

Références

 Nos références 

-V9-1- 3/04/02
webmaster